Author-card of document number 33505

Num
33505
Date
Lundi 26 avril 1993
Ymd
Hms
14:23:00
Size
569989
Title
TD Kigali 460 - Objet : Rencontre du Président Habyarimana avec M. Georges Martres
Quoted name
Quoted name
Identifier (cote)
TD Kigali 460
Comment
The Duclert report does not shy away from anachronism by commenting on this diplomatic telegram on page 287: “The Comment from the post section allows us to hear a voice that has rarely been heard, that of the first secretary Bunel. Freer than his former ambassador, he envisages that the death of Habyarimana and the success of the Hutu nationalists could, at one point, be linked. »
Type
Document diplomatique, TD
Language
FR
Citation
TD KIGALI 460 26/04/93 15H27 - 35902 - 1/2
6-DSL-CONFIDENTIEL DEFENSE PR4


PR3 PR4


MINISTÈRE DES AFFAIRES ETRANGERES

=6-DSL-CONFIDENTIEL DEFENSE

-PR1 PR2 PM1 CM1 CM2 CM3 SG SGA DP D
—I1eDAM

-Il=CMB CMS PR3 PR4 II-NU STR CM4 FR
+ZZ


TD KIGALI 460 LE 26 AVRIL 1993 VW
KGLI LE 26/04/93 À 14H23

IMMEDIAT
CHIFFRE CONFIDENTIEL DEFENSE
NB : DISTRIBUTION STRICTEMENT LIMITÉE
AD DIPLOMATIE 460 CQ MINCOOP PARIS 151
CQ MINDEFENSE PARIS 84 CQ ARMEES PARIS 81
TXT
OBJET : RENCONTRE DU PRESIDENT HABYARIMANA AVEC M. GEORGES
MARTRES .—

APRES QUE M. MARTRES AIT ETE ELEVE À LA DIGNITE DE GRAND OFFICIER DE L'ORDRE NATIONAL DES MILLE COLLINES AU COURS D'UN BANQUET OFFICIEL DONNE VENDREDI 23 AVRIL, LE CHEF DE L'ETAT ET MME HABYARIMANA ONT SOUHAITE LE RECEVOIR EN TOUTE INTIMITE DIMANCHE SOIR, AVEC MME MARTRES, DANS LEUR RESIDENCE DE KANOMBE. LE PRESIDENT VOUDRAIT QUE L'ANCIEN AMBASSADEUR CONTINUE A LUI SERVIR D'''INTERMEDIAIRE'' POUR ''EXPLIQUER'' AUX PLUS HAUTES AUTORITES FRANCAISES LA SITUATION DU RWANDA, NOTAMMENT SUR LE PLAN ETHNIQUE. IL À DEMANDE À CET EFFET A M. MARTRES DE LUI LAISSER SES ADRESSES ET NOS DE TELEPHONE EN FRANCE. LE CHEF DE L'ETAT S'INTERROGE AUSSI SUR LA DATE À LAQUELLE IL POURRA COMMENCER A ENVOYER DES EMISSAIRES À PARIS ET A QUELS INTERLOCUTEURS IL CONVIENT DE S'ADRESSER. M. MARTRES LUI A CONSEILLE, - LES HAUTS RESPONSABLES DE L'ELYSEE ET DE LA DIRECTION DES AFFAIRES AFRICAINES ET MALGACHES N'AYANT PAS CHANGE -, D'ETABLIR EN PRIORITE LE CONTACT AVEC M. MICHEL ROUSSIN ET SON CABINET.

LE PRESIDENT HABYARIMANA SOUHAITERAIT LUI-MEME SE RENDRE A PARIS DES LE MOIS DE MAI. IL EST VIVEMENT PREOCCUPE PAR L'EVOLUTION DES NEGOCIATIONS D'ARUSHA ET NOTAMMENT PAR L'OBSTINATION DU F.P.R. A VOULOIR SUPPRIMER LA GENDARMERIE ET LA REMPLACER PAR UNE POLICE NATIONALE. PAR AILLEURS, LE PRESIDENT ATTEND TOUJOURS LES CONSEILS DE LA FRANCE QUANT À L'OPPORTUNITE POUR LUI DE S'ENGAGER A NE PAS SOLLICITER UN NOUVEAU MANDAT A L'ISSUE D'UNE PERIODE TRANSITOIRE. IL SOUHAITERAIT, EN CLAIR, QUE NOUS L'ASSURIONS PAR NOTRE PRÉSENCE ET NOTRE APPUI QUE SA SECURITE ET CELLE DE SON ENTOURAGE NE SERONT PAS MISES EN DANGER AU CAS OÙ IL QUITTERAIT LA SCENE POLITIQUE. (CF. A CE SUJET LE MESSAGE DE L'AMBASSADEUR A M. BRUNO DELAYE EN DATE DU 30 MARS).

COMMENTAIRE DU POSTE :

POUR DONNER SATISFACTION AU DERNIER VOEU EXPRIME PAR LE PRESIDENT, IL FAUDRAIT QUE LA FRANCE S'ENGAGE DE MANIERE PLUS DETERMINEE DANS LE JEU POLITIQUE RWANDAIS. ELLE DEVRAIT TOUT D'ABORD MAINTENIR SA PRESENCE MILITAIRE AU RWANDA JUSQU'A LA FIN DE LA PERIODE DE TRANSITION, FAUTE DE QUOI ELLE NE POURRAIT DONNER AU CHEF DE L'ETAT AUCUNE GARANTIE CONCERNANT SA SECURITE PERSONNELLE. IL FAUDRAIT AUSSI QU'UNE ALTERNANCE POLITIQUE SE DESSINE AVEC PRECISION AFIN QU'IL SOIT POSSIBLE DE NEGOCIER LES CONDITIONS DU DEPART DE L'ACTUEL PRESIDENT AVEC LES VAINQUEURS DE CETTE ALTERNANCE. MAIS POUR L'INSTANT, IL N'EST PAS FACILE DE PREVOIR SI UN CHANGEMENT DE POUVOIR PROFITERAIT FINALEMENT À L'OPPOSITION EXTERIEURE (FPR), INTERIEURE (PRINCIPALEMENT MDR) OU AUX NATIONALISTES HUTU.

TD KIGALI 460 26/04/93 15H27 - 35902 - 2/2

QUANT A L'OPPORTUNITE D'UN VOYAGE A PARIS DU PRESIDENT, IL EST VRAISEMBLABLE QU'ON POURRA EN JUGER PLUS CLAIREMENT DANS LE COURANT DU MOIS DE MAI. LE CALME RELATIF QUI REGNE ACTUELLEMENT AU RWANDA EST EN EFFET EN GRANDE PARTIE LIE AU SOUCI DU FPR DE NE RIEN FAIRE QUI PUISSE DONNER DES ARGUMENTS NOUVEAUX AUX PARTISANS D'UNE INTERVENTION DIRECTE DES NATIONS UNIES. QUAND IL SERA ASSURE QUE LA RESOLUTION 812 NE CONSTITUE PLUS UNE MENACE POUR LUI, IL EST VRAISEMBLABLE QU'IL ADOPTERA AUSSI BIEN À ARUSHA QUE SUR LE TERRAIN, UNE ATTITUDE PLUS AGRESSIVE QUI PRECIPITERA LES EVENEMENTS ./.
BUNEL


MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGERES

Top

fgtquery v.1.9, February 9, 2024