Author-card of document number 32098

Num
32098
Date
Mardi 18 avril 2023
Ymd
Size
90579831
Title
Plainte déposée entre les mains de Monsieur l’Auditeur supérieur pré la Cour Militaire de la province de l’Ituri pour les crimes commis au préjudice de la communauté Héma
Type
Pièce à conviction produite devant un tribunal
Language
FR
Citation
Monsieur l’auditeur supérieur pré la Cour Militaire de la province de l’ITURI
Bureau de l’Auditorat militaire
Bunia
REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

Bunia, le 18 avril 2023

Monsieur l’auditeur militaire,
Excellence,

1.
Nous avons l’honneur de porter à votre bonne attention notre intervention en qualité de collectif
d’avocats consultés par la chambre de conseil Héma agissant au nom et pour des milliers de victimes
civiles qui sont toujours en train de signer des mandats de représentation en justice, et qui nous ont
donné mandat d’assumer leur défense suite aux crimes de génocide, crimes de masse,messages de
haine et pogroms dont ils sont victimes sur le territoire de la République démocratique du Congo en
raison de leur qualité de membres de la communauté Héma.

A. MANDATS DE REPRESENTATION EN JUSTICE
2.
Nous tenons à votre disposition les mandats qui nous ont été confiés. Les infractions recensées par
nos soins sont des infractions réprimées par le Code pénal et votre Office pouvait et peut se saisir
d’initiative desdites plaintes et mener les enquêtes prévues par la loi et saisir les Cours et Tribunaux
de la République afin que des poursuites soient engagées à l’encontre des auteurs de ces infractions.

B. CONTEXTE GENERAL : CRIMES DE MASSE ET EPURATION ETHNIQUE DE
LA COMMUNAUTE HEMA QUI PEUT ETRE QUALIFIEE DE PROCESSUS
GENOCIDAIRE
3.

Ces derniers mois, en Ituri, nous assistons à un déferlement de violences à l’encontre de personnes
de nationalité congolaise et qui ont le malheur d’être qualifiées de héma. Il ressort des propos des
victimes que certains discours sont tenus en vue de minimiser les faits dont ils sont victimes. Il est
parlé de massacres interethniques et de représailles entre communautés ainsi que d’affrontements
entre des milices CODECO et FPIC et une prétendue milice qualifiée de milice Zaïre.
1

La communauté que nous avons l’honneur de représenter et les victimes ont d’ores et déjà pris
position concernant ces affirmations qu’elles réfutent. Elles estiment que les personnes qui parlent
de la sorte mentent à la communauté internationale et créent un climat visant à étouffer toute
référence à la réalité de l’épuration ethnique ayant toutes les caractéristiques d’un génocide dont les
Hémas sont frappés actuellement.

4.
Vous trouverez en annexe à la présente la documentation que nous a fait tenir la chambre du conseil
Héma à ce sujet.
Comme avocats, nous rappelons à votre bonne attention que les victimes civiles avaient droit à la
protection des autorités de l’Etat et des troupes de la Monusco. La protection des civils est la mission
prioritaire des Etats dans leurs fonctions régalienne et de la Monusco sur base des résolutions du
Conseil de Sécurité et de l’Assemblée générale. Il ne s’agit pas seulement de se répandre en rapports
divers et en péroraisons mais d’arrêter toute forme de violence dont nos mandants sont
systématiquement les victimes.

5.
Par ailleurs, la CODECO basée à DJUGU est un groupe armé structuré dirigé actuellement par un
certain Monsieur BASSA ZUKPA son porte parole et la structure hiérarchique ainsi que les personnes
concernées par la direction peuvent être aisément retrouvés dans la documentation de NAIROBI II.
La CODECO est également une association qui, en son temps, a été constituée par acte notarié.Par
ailleurs, les miliciens de la CODECO circulent désormais en arme en présence de militaires FARDC
sans être inquiétés. Vous comprendrez que la population civile a peine à assimiler qu’elle doive à la
fois subir des massacres, constater que l’armée régulière accompagne les auteurs de crimes et que
ces derniers portent librement des armes sur des territoires où vivent les victimes tout cela dans un
contexte de minimisation des crimes commis par les autorités ce qui contribue évidemment à leur
perpétuation. Nous y reviendrons ultérieurement.

6.
La milice FPIC est basée sur le territoire d’IRUMU et elle était également présente à NAIROBI où la
documentation la concernant peut être retrouvée.

7.
Quant au groupe ZAIRE, il n’a ni structure, ni localisation, ni hiérarchie, ni représentation. L’on a
tenté de transformer en milice des efforts d’autodéfense très ponctuels et limités. Lorsque des
villages HEMAS sont attaqués, il y a toujours un mécanisme de solidarité entre les familles victimes,
les habitants du village pour sauver un maximum de personnes. Une enquête internationale
permettra de mettre à jour cette réalité liée à une réaction humaine compréhensible. A titre
d’exemple et nous l’exposerons ultérieurement, les habitants d’un village attaqué par les CODECO,
sont parvenus à arrêter trois miliciens perdus en brousse. Après leur arrestation, l’identité réelle de
ces individus a pu être prise et nos mandants ont constaté que ces hommes étaient aussi membres
de la Police Nationale Congolaise. C’est vous dire l’effet de ces propos inadmissibles.

8.
Vous ne pouvez ignorer par ailleurs que l’habillage de massacres des membres d’une communauté
sous le prétexte d’affrontements interethniques a toujours constitué dans la région des grands lacs,
2

l’un des alibis idéologiques pour éviter une analyse en profondeur des faits et en tirer des
conséquences concrètes sur les obligations inscrites dans les instruments internationaux en matière
de prévention des génocides.

9.
Les membres de la communauté qui nous ont mandaté, précisent qu’ils ne sont nullement opposés à
un dialogue avec toutes personnes de bonne volonté soucieuse de rétablir un climat pacifié et serein
et respectueux de chaque personne et chaque famille sans discrimination. Mais ce dialogue est
impossible sans l’arrêt immédiat des massacres de civils et familles Héma et sans mise en œuvre
d’une justice indépendante et impartiale afin que les auteurs, coauteurs et complices des crimes
rendent compte de leurs actes.
C’est moyennant ces observations préalables que la présente plainte vous est soumise.
Notre collectif a recensé de nombreux cas d’assassinats et d’actes de tueries de ces personnes ainsi
que des destructions de vllages Héma, de maisons individuelles et des ressources économiques de la
communauté et notamment le bétail.
Les faits ci-après sont décrits par ordre chronologique. Il faut cependant pouvoir les analyser dans un
processus d’ensemble qui révèle tant l’intention génocidaire que des modalités de réalisation réelles.

10.
En effet, la communauté a été victime d’attaques de villages entiers qui ont été détruits et ceux-ci
sont cités aux pages 3 et suivantes de la lettre du 12 octobre 2022 jointe à la présente plainte.
Pour votre édification, nos mandants sont parvenus à récupérer une vidéo réalisée par les milices
CODECO au cours de l’attaque d’un village . Ces faits ne concernent pas les Hémas mais une
communauté qui leur est assimilée dénommée les ALUR. Cette vidéo montre bien le mode de
comportement de cette milice lorsqu’elle débarque dans un village.

a03ce745-35ea-4d9cb5c4-4ea28ba4c917.m

3

C. LES FOSSES COMMUNES QUE L’ON TENTE DE CACHER A L’OPINION
MONDIALE
11.
La conséquence de ces attaques systématiques, est la création de fosses communes que les
membres de la communauté ont découvertes. Nous citons à cet égard 24 fosses communes
identifiées:
-

Fosse commune du site de déplacés de DRODRO (21 morts)
Deux fosses communes du site de la plaine SAVO ( 62 morts et 8 morts)
Fosse commune du site de LODA (12 morts)
Fosse commune du site de TCHEE (27 morts)
Fosse commune du site de déplacés de IVO (22 morts)
Fosse commune de DAR NGAD’U (17 morts)
Fosse commune de LENGA SALO (9 morts)
Fosse commune de MBAZIKPA DHEDI (12 morts)
Fosse commune de TSUBA (4 morts)
Fosse commune de DAR NGA’DU (14 morts)
Fosse commune de TSUSI (4morts)
Fosse commune de DONGA (5 morts)
Fosse commune de B’ASSA (38 morts)
Fosse commune de MBIDJO (5 morts)
Fosse commune de AKWE (13 morts)
Fosse commune de DHEGO/DORO (26 morts)
Fosse commune de NYONYI/ MBLEMBLE (4 morts)
Fosse commune de JIMBU/MBIDJO (4 morts)
Fosse commune de KPANGA (2 morts)
Fosse commune de TSUBA (4 morts)
Fosse commune de MBLEMBLE (3 morts)
Fosse commune de DZANDO (3 morts)
Fosse commune de MBIDJO(AKWE)/JIMBO (7 morts)
Fosse commune de NYAMAMBA ( victimes à communiquer)
Fosse commune de MAZE (victimes à communiquer)

Soit 326 morts recensés sous toutes réserves
12.
Sur ce plan, nous estimons que des spécialistes des Nations Unies doivent se présenter sur place et
assister les forces d’enquête nationale pour que l’on bénéficie d’une enquête complète concernant
les fosses et charniers découverts. Les villageois fourniront toutes explications.
L’ampleur de ces charniers est considérable. Cela révèle une action coordonnée pour agresser une
population identifiée.

4

13.
Vous trouverez ci-dessous les documents manuscrits rédigés par la population et recensant les
victimes de ces crimes :

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

D. LES VILLAGES HEMAS ENTIEREMENT DETRUITS
14.
Il en est de même de la destruction concertée de villages entiers de la communauté Hema.
Vous trouverez ci-dessous la liste des villages qui ont été détruits :
15.
Les destructions de troupeaux et de biens matériels ainsi que les infrastructures publiques de la
communauté telles que les écoles et églises, marchés, structures sanitaires, … ont été effectués
sciemment. Il en est de même pour le bétail sans compter le pillage de tous les biens de la population
des sites attaqués. Nombre de véhicules ont été détruits, brûlés ou volés. Il importe de faire le
recensement et la description de ces événements pour chaque village, les membres de ces villages
ayant droit à réparation à charge de l’Etat congolais et de la Monusco et ce indépendamment des
poursuites pénales réclamées dans le cadre de la présente plainte.
Tout cela révèle au niveau des pratiques remarquées, une opération ciblée pour détruire une
communauté entière. Cela relève à notre estime de la qualification à minimum de crime de masse
mais cette qualification n’est pas suffisante en l’espèce compte tenu des éléments découverts. Il
s’agit d’un processus génocidaire caractéristique qui a généré énormément de personnes déplacées
et de réfugiés. Le récit des déplacés et réfugiés mérite aussi une attention particulière des

autorités.

Tout le processus mis en œuvre a clairement pour objectif d’éradiquer les zones occupées
historiquement par les Héma de cette population sans hésiter à les détruire physiquement et
matériellement.

26

27

28

29

30

31

E. LES COMPLICITES ACTIVES ET PASSIVES ENTRE DES MILITAIRES FARDC
ET LES MILICES CODECO
16.

Nous attirons également votre attention sur le fait que des complicités existent entre
certains éléments des FARDC et les milices CODECO.
Il ne vous aura pas échappé qu’il existe une proximité objective entre nombre de sites attaqués et
des stations de police et/ou de l’armée qui ne sont pas intervenus lors de ces attaques.

17.
Le 4 septembre 2020, à la prison centrale de BUNIA, des miliciens CODECO est venue en armes
demander la libération des prisonniers CODECO.

VIDEO-2023-04-14-2
0-43-53.mp4

Non seulement les prisonniers ont été libérés mais en outre, les miliciens et prisonniers libérés ont
été ravitaillés et on reçu des armes pour repartir en brousse.

18.
Nous disposons en outre d’une vidéo diffusée publiquement au cours de laquelle des dirigeants de la
CODECO fraternisent avec des militaires FARDC. Cette vidéo date de février 2022. Vous la trouverez
ci-dessous.

VIDEO-2023-02-26-1
5-34-05.mp4

32

19.
Vous trouverez ci-dessous une plainte déposée par la chambre des Hémas que nous avons l’honneur
de représenter. Elle concerne des personnes Hémas victimes des milices CODECO et subitement
retrouvées entre les mains des FARDC :

33

34

35

36

37

38

39

20.
Vous trouverez ci-après une vidéo tout aussi explicite montrant des militants CODECO rejoignant les
forces militaires FARDC.

VIDEO-2023-04-10-0
6-59-28.mp4

A l’examen de la vidéo, vous apercevez un commandant CODECO qui appelle des miliciens CODECO
par leur nom pour qu’ils rejoignent les forces militaires régulières FARDC. Le village où la vidéo a été
prise est ALA en secteur WALENDU PITSI.

21.
Vous trouverez ci-dessous une autre vidéo datée du 17 juillet 2022 et tournée à Mandje proche de
Tchomia où CODECO et militaires FARDC sont en train de négocier ensemble :

VIDEO-2023-04-10-1
5-49-16.mp4

Ceci permet d’ailleurs de comprendre la situation tragique de NYAMAMBA décrite plus loin dans la
présente plainte. Dans cette région, nous vous rappelons que les milices CODECO se sont présentées
avec l’appui de militaires FARDC et ont affirmé prendre en charge la protection des populations.
Lorsque ces dernières ont repris petit à petit confiance, la souricière ainsi tendue sur la population
s’est refermée et les milices CODECO ont entamé les assassinats de population.

22.
Ci après, l’on trouvera une vidéo de fraternisation entre CODECO et FARDC dans le marché OKAPI en
chefferie de BAHEMA NORD où tous les villages HEMA ont été pratiquement rasés et vidés de leur
population.
Comment qualifier cette complicité. Active lorsque l’armée soutient les miliciens CODECO, leur
donne des uniformes et leur laisse des territoires à conquérir. Et passive lorsque les campements
situées à quelques centaines de mètres ou à quelques kilomètres des lieux d’opération des milices
contiennent des militaires qui ne réagissent pas lors des attaques dont la population HEMA est
victime.

23.
Pour mémoire, une procédure pénale sous le numéro R.P020/022 est poursuivie à charge d’un
groupe de militaires FARDC qui ont alimenté les milices CODECO en armes et munitions de guerre.

40

24.
Récemment, ce 3 avril 2023, trois policiers de l’Etat congolais ont été interpellés par des membres
de la communauté alors qu’ils participaient à un massacre organisé par la CODECO dans le village de
MABANGA. Vous trouverez également la vidéo ci-jointe.

41

33ecc305-9bbd-415c
-b84c-8090c700a04f.m

8a69d70f-56c6-4be29d96-267c23e9664c.m

42

F. Impossibilité de circuler en dehors de villages sous contrôle des
CODECO, création de villages-ghettos.
25.
L’ensemble de cette opération a été suivie d’une nouvelle stratégie apparue plus récemment dont
nos mandants ont été les témoins. Dans les villages où subsistent des survivants, soit une petite unité
CODECO occupe un coin du village soit une unité CODECO stationne à peu de distance du village.
Dans les deux cas, il est pratiquement impossible aux villageois de circuler librement. Et les habitants
sont placés dans l’impossibilité de circuler voire de satisfaire certains besoins élémentaires ce qui
provoque peur, angoisse et stress et amène les populations à fuir leurs territoires voire les sites où ils
sont déplacés en perdant tout refuge.

43

44

45

46

26.
Nos mandants situent le début de leurs problèmes et des attaques dont ils sont victimes
en 2017.
Vous trouverez ci-dessous une série d’événements d’une extrême gravité recensés par nos soins.
Ceci ne constitue pas toute la liste exhaustive des crimes commis mais une partie seulement. Nous
allons compléter ultérieurement notre plainte soit avec des faits antérieurs, soit avec des
événements survenus plus récemment que nous aurons recensés. Par ailleurs les rapports que nous
déposons sont repris à leur date de publication mais nombre des faits relatés sont largement
antérieurs à février 2022.

47

G. QUELQUES JALONS DE LA TRAGEDIE HEMA :
27.
- 2 février 2022 - Massacre de déplacés au Site Plaine Savo, province de l'Ituri,
territoire de DJUGU, Collectivité de Bahema Badjere.
Ce jour-là, les militaires CODECO venus de Balendu DJA'TS avaient attaqué ce site de
déplacés vers 21h00 ,et y avaient tué 63 déplacés HEMA.
Aucune intervention de FARDC. Aucune poursuite de ces CODECO par l'armée congolaise

VID-20230404-WA04
91.mp4

48

28.
- Vous trouverez ci-dessous le relevé des crimes commis à MBIDJO ,
qui démontrent l’intensité des attaques et leurs conséquences sur les populations
qu’on peut considérer comme victimes d’une campagne de destruction massive et
d’éradication d’une communauté entière – l’on reviendra ultérieurement sur les
crimes commis en 2023 :
MASSACRE DES HEMA PAR LES MILICIENS CODECO AU VILLAGE MBIDJO ET SES
ENVIRONS AU GROUPEMENT DHEGO, COLLECTIVITE DE BAHEMA BADJERE, AINSI
QU’EN CHEFFERIE DE BAGHURU
o Le 7/08/2022 aux villages AKWE et JIMBU 16 morts dont 5
hommes ,8 femmes et 3 enfants. Plus 132 maisons incendiées.
Pillages systématiques des biens matériels de la population.

o le 9/o9/2022 au village MBIDJO, 19 morts dont 8 hommes ,7
femmes et 4 enfants. 55 maisons brulées et 2 hôtels.

o le 30/11/2022 au foyer minier BGADO, village DUBA,
groupement DHIKAKO, chefferie de Balendu MABENDI, 4 morts
et 2 hommes kidnappés, pillages des biens, incendie de 10
ménages et 8 maisons de commerce.

o le 12/2/2023 aux villages KOPKA, KOTA, NGUZU et JIMBU, 9
hommes, incendie de 356 maisons, dont 8 maisons de
commerce et pillages des biens de populations.
o le 28/02/2023, au village MBIDJO, tuerie de papa NESTOR dans
son champ au village.

49

29.
Pour votre édification voici le détail des massacres intervenus en chefferie des BAHEHEMA
BAGURU

1
2
3
4
5

6

7
8
9
10
11
12
13
14

MASSACRES EN CHEFFERIE DES BAHEHEMA BAGURU PAR LES CODECO

DRAME AU N°
NOMS DE VICTIMES
VILLAGE
BELIBA
1
LODHA BELIBA
2
RAMAN SEFURA
3
BAHATI DAKAUNA
GOPKA
4
BGABGAY LEONTINE
KONDE
5
BANGA FELIX
6
DIKA ANGAIKA
LALO
7
MANDRO
8
CHUVE CHARLOTTE
9
DHEKANA SHAKO
10
GBOSI PASCALINE
11
GBOSI CLARICE
12
SHAKO ISAAC
LOBBO I
13
LOVE VERONIQUE
ET LOBBO II
14
LINU NYAKABU
15
NDJABU MBIDJO
16
BARAKA
17
DHETCHUVI
18
DHENZAY BGOSI
19
SHUKURU SHAKO
MENGO
20
LOKANA PKAWI
MOBA
21
MANZEKE BGOSI
PLOBA
22
TISU
SHAKO
23
NDRUNDRO NZINZI
TCHENDJI
24
MUSINGO JEAN
TSOLU
25
SINDANI PKAWI
VUVU
26
LOBO ABEL
LALO
27
BANAHA
I.
EN GROUPEMENT BELIBA

SEX
E
M
F
M
M
M
F
M
F
M
F
F
M
F
M
M
M
M
F
M
M
F
M
M
M
M
M
M

AGES
79 ans
74 ans
9 ans
83 ans
82 ans
58 ans
31 ans
40 ans
15
13
11
9ans
74 ans
37 ans
35
12
12
6 ans
42
86
42
39
64 ans
83
85
80

DATE
DRAME
5/3/2018

DU OBS

11/3/2018

5/03/2018

6/3 /2018

EN GROUPEMENT BENDELE

1

NOM
VILLAGES
HUMA
SALIBOKO

DU N°
1
2
3
4

NOMS
VICTIMES
I MANI
HENRIETTE
CHARLOTTE
MUGISA

DES SEXE
F
F
F
F

AGES

DATE DU DRATE

18 ans
30
39
31

10/06/2019

50

5
6

Total :


1

VILLAGE
DRAME
BUSU

2
3
4

TCHETCHU
KAKWA
BUTSO
TOTAL


1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23

DU N°
1
2
3
4
5
6

KABWANA
MAKI
6 personnes tuées

F
F

27
34ans

NOMS DE VICTIMES

SEXE

AGES

RAMAN
VIEUX
BUJO
VIEILLE RAMAN
DHEVE GORETTE
DHEDONZA GERARD

F
M
M
F
F
F

+32 ans
+69ans
+59 ans
+70
+59 ans
+31

DETE
DRAME
6/02/2018

DE

12/2/2018
6/2/2018
14/06/2018

6 PERSONNES TUEES

IV. EN GROUPEMENT IGA-BARRIERRE
NOMS DE VICTIMES
SEXE
MAMAN MADASI VICKY
F
LOKANA NDJANGO
M
LOGO LIRIPA
M
PKADJANGA
M
NDJANGO
M
JOSEPHINE
F
LOVE IMANI
F
LODYISI TUMAINI
F
KISEMBO JEAN-CLAUDE
M
JOSEPH
M
PKAKI
M
LOSHA
M
PKADYU
M
SHADRACH
M
MN VANI AVEC SES 3 ENFANTS
F
MAMAN ANASTASIE
MAMAN LOUISE
F
MAMAN JEANNETTE
F
LOGO BUDJONA
F
PKAVURO NDJANGO
M
NDJALENGA
2 HOMMES
1 JEUNE DE BALUMA

LIEU DU DRAME
SAUPKA/GPt
LIMANI

DATE DE DRAME
10/06/2019

10/6/2019
10/6/2019

51

TOTAL

28
TUEES

PERSONNES

V. EN GROUPEMENT JAKO NDAHORO

1
2

VILLAGE DU DRAME N°
JOLI
1
TSILO LOSSA
2
3
4
5
6
7

NOMS DE VICTIMES
UN VIEUX
UZUNI VANIE
OKO ETIENNE
ZAWADI BITSIKO
BARAKA BITSIKO
DORKA LOTSOV E
MAPENZI MAVE

TOTAL

7 PERSONNES TUEES

SEXE
M
F
M
M
M
F
F

AGES

DATE

+71 ans
77
16
13
12
11

08/09/2019
12/06/2019

DE Obs

VI. EN GROUPEMENT LOPA


02

VILLAGE
DRAME

DU N°

NOMS DE VICTIMES

SEX
E

AGE

DATE
DRAME

23ans

10/03/2018

NDJANGA

1

ORPHELIN

M

NDJANGA

2

11 PERSONNES

M

Abattu vers
Sesele
au
Chantier d’or

04/2021

VII. EN GROUPEMENT RISASI

01

VILLAGE
DU N°
DRAME
BENGE KEPKA
01

02

02
03

RISASI
DHENGAPI
TOTAL

NOMS DE VICTIMES

SEXE

PIDJONGA RISASI
M
Chef du groupement
RISASI
NDJANGO RISASI
ALLIAS KOMBOTE
M

10 PERSONNES
11 PERSONNES
23 PERSONNES TUEES

AGES
66 ans

DATE
DU Obs.
DRAME
10/3/2018

28 ans

En 2021
31/01/2023

Chauffeur
mecanicien
abbatu
à
PIMBO/
DJATSI

52

VIII. EN GROUPEMENT TOLO


VILLAGE
DRAME

01

TCHIMBA

02. PKADHIGO

DU N°

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11

03

TOLO

04

THATSI

05

NYONO

06

PKADHIGO

12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33

NOMS DE VICTIMES

SEXE

AGES

DATE
DU Obs :
DRAME

NGABUSI PERPETUE
DHEDA FLORIDA
TABO MARIENNE
VIVE ANNOCIETTE
NDJABU FLORIBERT
NGBAPE NYAMEBU
TSOPKA EVARISTE
MATESO DE DIEU
NGADJOLE CELESTIN
PKALOBA BONAVENTURE
ANASTASIE FLORENCE

F
F
F
F
M
M
M
M
M
M

55 ans
47
28
52
40
49
36
33
49 ans
65 ans

08/03/2018

F

58

VIEILLE ZAOLE APRES
VIVE DAWLA
DIKANZA NEEMA

F

87 ans

F
F
M
M
M
M
M
M
M
M
F
M
M
M
M
M
M
M
M

75
33 ans
30 ans
32
41
58

MANDRO NDJARA
BANGA LOKANA
BGOMBO INNOCENT
CAPITAINE FARDC
LOGO NGBAPE
PROSPERE
DHELONGA NYOLO
MAVE JUSTINE
LOSANGA LODYI
LOGO PKINYO
BBANDO MOISE
DIVE VERONIQUE
DHETHO MAJU
LOGO AUGUSTIN
SINGO JUSTIN
NGADHO SAMUEL
ELEVE
DE
SECONDAIRE
VIEILLE MAMAN

L’ECOLE F
F

13/03/2018

8/03/2018

08/03/2018

73 ans
38
19
54
43
41
38
62
73
38
18
25 ans

08/03/2018

16 ans

10/06/2018

08/03/2018

74

53

TOTAL

33 PERSONNES TUEES

STATISTIQUE GLOBALE DE PERSONNES MASSACREES PAR LES CODECO LENDU EN CHEFFERIE DE
BAHEMA BAGURU
Eu regard à tous ces tableaux :
Au total, nous comptons 256 personnes hema tuées dans les 8 groupements de la collectivité de
BAHEMA BAGURU.
Nous demandons qu’une enquête soit menée pour chaque personne assassinée. Dans chaque village,
vous trouverez aisément les personnes témoins de ces massacres.

30.
-

DESTRUCTION DE DIFFERENTES INFRATRUCTURES CHEZ BAHEMA BAGURU
54

En Chefferie des Bahema Baguru :
9 Ecoles primaires, dont 30 bâtiments, Bureaux et salles de réunions.
2 Ecoles secondaires, dont 7batiments et 2 bureaux
3 centres de santé, dont 5 batiments,5 dortoirs et hangar
3 postes de santés, dont 3 bâtiments
3 bâtiments administratifs, dont 8 bureaux administratifs.

MAISONS D’HABITATIONS
Au total 6259 maisons de populations hema incendiées.

PILLAGES
I. Au groupement BELIBA 328 bovins, 327 caprins, 311 ovins et 15 porcins
II. Au groupement BENDELE 15 bovins, 135 caprins, 113 ovins et 48 porcins
III. Au Groupement BUDI : 39 bovins, 89 caprins,35 0VINS et 41 porcins
IV. Au groupement RISASI : 104 bovins ,502 caprins ,47 bovins et 212 porcins
V.Groupement JAKO NDAURA : 62 bovins, 78 caprins,29 ovins et et 27 porcins
VI. Groupement TALO : 153 bovins,472 Caprins,496 Ovins et 179 porcins
VII. Groupement IGA-BARRIERE :67 caprins, 39 Ovins et 47 porcins.

Total : 701 bovins, 1603 caprins, 1501 ovins et 572 porcins
En fin, il sied de signaler que le total de volailles, de produits champêtres ainsi que les
marchandises pillées sont incalculables.
Commentaires
Les victimes de 2020-2023 : tous les noms n’ont pas été révélé avec de précision
Les nombres de morts relevés ici ne concernent rien que les cadavres des hema enterrés et
retrouvés.
L’origine des miliciens genocidaires CODECO
o Secteur de walendu Jatsi :Groupement Limani,Tseli,Yalala,DZ’NA ??
Sesele,Pimbo et Pitso
55

o Secteur des walendu TATSI :Groupement LOGa et BUD’O
Les fosses communes sont reparties dans les trois groupements
01.IGA-BARRIERE(DIKELELE) :7 corps
02.JAKO-NDAHURA : village LOPKA 2corps
03.LOPA, village LOWI 13 corps

31.
- Le 12 octobre 2022, la chambre du conseil de l’Association pour la Promotion
culturelle et le développement du peuple Héma a adressé un courrier très
circonstancié aux plus hautes autorités du gouvernement congolais. Ce courrier est
resté sans suite à ce jour. Pour la bonne règle, vous le trouverez ci-dessous à la
présente et nous vous confirmons qu’il constitue une pièce de notre dossier et que
les faits y relatés nécessitent la tenue d’une enquête approfondie.

56

57

58

59

60

61

62

63

-

Quelques photos illustrent ce rapport :

64

32.
L’on trouvera également deux rapports concernant les conséquences touchant des villages
attaqués et détruits par les CODECO avant la publication du rapport du 12 octobre précité :

33.
LES ATTAQUES PERPETREES PAR CODECO DANS LE GROUPEMENT
NGBAVI EN CHEFFERIE DES BAHEMA BANYWAGI DE FIN 2018 – 2023

65

66

34.

Ces personnes de SOMBUSO ont été massacrées en brousse et les corps se sont
lentement décomposés sur place. Le lieu du charnier est resté longtemps inaccessible
mais la population a pu l’identifier et une enquête approfondie permettra de mieux
identifier les cadavres des victimes et les attaques que leurs corps ont subi.

67

68

69

70

35.
-

Durant les mois de janvier et février 2023, dix personnes ont été assassinées à
Mongwalu .

71

72

36.
- NYAMABA LE 13 JANVIER 2023
Avant la découverte de fosses communes, plusieurs attaques ont été recensées au
groupement GBAVI :
Le 10/03/2018
Bilan : 21 morts, 5 écoles incendiées, 62 maisons incendiées
Le 19/06/2019
Bilan : 5 morts au Village BUKPA, kidnapping de Monsieur Marcelin
Le 21/06/2019
Bilan : 53 maisons incendiées y compris celle de Chef de Groupement
NGBAVI, pillage des maisons commerciales et bétails, 6 morts dont 3
hommes et 2 femmes au Village BUKPA.
Le 13/05/2022 : Village NYAMAMBA et TEMBELA
Bilan : 2 morts dont une femme et son fils d’une année, un homme
grièvement blessé par arme à feu.
Le 26/05/2022
Bilan : 2 morts au Village BELE
NB : l’occupation de Groupement NGBAVI par CODECO apes que FARDC soit
dégarnie des différentes positions pour NORD KIVU.
Le 13/01/2023 : MASSACRE avec bilan de 31 morts dont 12 femmes et 6
enfants, 5 femmes kidnappés dont une femme enceinte de 7 mois.

73

NOM ET POST-NOM
Fosse commune des HEMA
LIEU ET DATE DU CRIME
Tués par le Groupe armé CODECO à NYAMAMBA-DJUGU le 13/1/2023
AUTEURS :
Groupe armé CODECO
TEMOINS
Selon les habitants locaux, ces personnes étaient enlevées par la CODECO lorsqu’elles partaient au
champ. Après plus des deux mois, de leur disparition, nous avions retrouvé leurs os dans la brousse
de Nyamba, où les miliciens Codeco ne cessent d’attaquer malgré proximité d’une position des
FARDC.
En ce qui concerne le mode d’action, il faut savoir que la CODECO s’est présentée sur place et a tenu
un meeting avec la population locale au cours duquel il fut annoncé à cette dernière que les CODECO
avaient fraternisé avec les FARDC et que désormais, ils avaient la responsabilité de la sécurité de
cette portion de territoire. Dans un premier temps, la population avait peur mais par la suite elle est
progressivement revenue sur place. Et c’est au moment où la confiance semblait rétablie que les
massacres ont été perpétrés. Les militaires FARDC stationnent à 4 kilomètres des faits et n’ont pas
intervenu et même après les événements, ils n’ont pas bougé.
Par ailleurs, la communauté HEMA conteste l’utilisation du mot découverte par la Monusco en ce
qui concerne les charniers et fosses communes. En réalité, ils existent et personne ne pouvait
l’ignorer et la Monusco n’est pas intervenue jusqu’au moment où il fallut bien assumer ce fait
extrêmement grave et le mot « découverte » utilisé par la Monusco permet de faire croire que tout
le monde l’ignorait, ce qui n’est pas exact.
Madame Alice WERITU avait d’ailleurs tiré la sonnette d’alarme concernant ces événements dans les
termes suivants :

On 13 January 2023, an attack reportedly by the CODECO armed group in the villages of
Nyamamba and Mbogi, Djugu territory, Ituri province, resulted in at least 49 civilians (31 men,
six children and 12 women) allegedly summarily executed. A few days later, two mass graves
containing the bodies of 42 and seven civilians respectively were discovered in the same
locations. “Whilst the situation in North and South Kivu requires immediate action, so does the
situation in Ituri. Civilians are being massacred based on ethnic identity, yet again. The conditions
necessary for the commission of atrocity crimes continue to be present in a region where a
genocide happened in 1994. We need to do our outmost to make sure that history does not repeat
itself” the Special Adviser stated while commending the ongoing efforts by the African Union and
East African Community to negotiate steps to end the violent conflict and build a culture of
sustainable peace in the region.”
Whilst the Ituri Province was relatively calm for several years, in 2017 armed groups resumed
systematic attacks on villages. The violence, partly based on fights over natural resources, has
roots in long-standing tensions and rivalries between two communities – the Hema, who are
74

traditionally herders, and the farming Lendu. The Special Adviser has observed with concern the
escalating violence and strongly condemns the widespread indiscriminate attacks allegedly
conducted mainly by the CODECO, but also the Zaïre armed group and others that have been
manipulating intercommunal tensions and targeting civilians along ethnic lines. The Special
Adviser is also concerned about reports of multiple attacks that have been perpetrated against
IDP camps, as well as of systematic use of sexual violence as a weapon of war and of authorities
not fulfilling their duty to prevent violence. “Impunity cannot prevail. When such heinous crimes
are committed, perpetrators must never get away with it”, the Special Adviser stressed. “The
situation in Ituri remains extremely volatile. If we do not act promptly, the region may be
engulfed in atrocity crimes as happened in the past,” the Special Adviser added.
Statement by Alice Wairimu Nderitu, Special Adviser on the Prevention of Genocide, on the
discovery of mass graves in Ituri, in the Democratic Republic of the Congo (DRC) – New York 23
january 2023.
La communauté HEMA n’est pas dupe des pressions existant au sein des services des Nations
Unies en vue de contrer le travail sur la vérité de l’équipe de madame Alice Wairimu Nderitu.
C’est une honte au regard des événements survenus en Ituri. Le travail d’influence mené par
madame BINTU KEITA à propos des événements intervenus en ITURI n’est pas acceptable pour
la communauté HEMA.

-

Le 3 février, des troupeaux de vaches ont été volés et tués en territoire d’Irumu vers
KOMANDA :

75

76

77

78

79

80

81

82

83

84

85

86

87

88

89

90

L’identité des personnes dont les photos sont jointes ci-dessus vous parviendra très rapidement.
Les villageois ont entamé la procédure d’identification des corps et de ces photos.

91

37.
- 3 février 2023 - des vaches décimées par les miliciens territoire d’IRUMU vers
KOMANDA

92

93

94

95

38.
- Le 3 février 2023, une maman et sa fille ont été assassinées par les milices CODECO
Dans la localité de Nyiro territoire Tche

96

97

98

99

39.
NOM DE LA MAMAN VICTIME :
ANASTASIA HENRI
Agé : 52ans

LIEU ET DATE DU CRIME
Les Miliciens de la CODECO de SALIBOKO/Balendu TATSI ont tué 3 HEMA de
Loc.NYIRO/TCHE/Cheff Bahema Nord dans leur champ selon Chef de Grpmt
LOSANDREMA. Vendredi 3/02/2023 à 13h00.
AUTEURS :
Groupe armé CODECO
TEMOINS
L'incursion de miliciens de la CODECO a eu Vendredi 3/2/2023 vers 13 h00 à TCHE, Bahema Nord
(MAINDRA) fait état de 3 personnes tuées.
La maman ESTHA est une veuve qui est tuée avec ses deux filles. Elle avec ses deux enfants sont
de déplacées du site de déplacés de TCHE. Vu que les déplacés ne sont plus assistés depuis une
année dans ce site, elle a bien voulu aller faire le champ avec ses filles
Une fille de 17 ans du nom Choisie, finaliste à l'école secondaire. Un garçon du nom KIKI de 12
ans et un Papa de 40 du nom MATESO. (Habitants locaux).

-

Le 4 février 2023, un taximan dénommé LOBO du clan Abasingo a été assassiné par des
miliciens de CODECO vers 19 heures

Ces images modifiées pour raison
de sensibilité. Mais les images
originales existent et pourraient
100
être données en cas de nécessité.

40.
4 février – assassinat de NGUNA au village OKE
NOM ET POST-NOM
ASSASSINAT DE NGUNA LE 4 FEVRIER 2023
LIEU ET DATE DU CRIME
Tuée par les miliciens de la CODECO venus de MAKOFI, collectivité de Balendu Bendi vers
15h00. Il est tué dans son village OKE du côté de BERUNDA, Grpmnt NGAZBA Chefferie
de Bahema Nord. Le 4 Février 2023. Après l'avoir fusillé à la tête, les CODECO ont pillé
beaucoup de produits champêtres.
AUTEURS
Groupe armé CODECO
TEMOINS
Ce témoignage nous le tenons de la part du Président de Jeune du Groupement NGAZBA.

101

41.
- Assassinat de Lobo le 4 février
ASSASSINAT DE LOBO LE 4 FEVRIER 2023
NOM ET POST-NOM
LOBO
LIEU ET DATE DU CRIME
Tué puis égorgé par les miliciens CODECO le Samedi 4/2/2023 à 19 h00.
AUTEURS :
Groupe armé CODECO
TEMOINS
Son corps est revenu dans son domicile au PKANGBA au centre commercial d’IGABARRIERE, toujours en Chefferie de Bahema BAGURU. Selon la source contactée et le Chef
de localité de BAHEMA BAGURU, il est tué par les CODECO venus de BAMBU de Balendu

DJA'TS.

102

103

104

42.

5 février 2023 : attaque du village DYAMBU

105

106

107

L’on trouvera ci-après des audio concernant ces événements :

AUDIO-2023-02-08-2
1-29-40.m4a

AUDIO-2023-02-08-2
1-29-41.m4a

AUDIO-2023-02-08-2
1-29-42.m4a

AUDIO-2023-02-08-2
1-29-43.m4a

108

-

43.

Le 12 février notre collectif a été alerté concernant les événements suivants survenus sur
le territoire de DJUGU, à MBIDJO AKWE:

Attaque de MBIDJO AKWE de Bahema Badjere, territoire de DJUGU

Bonjour groupe ! Après avoir brûlé 5 villages et pillé beaucoup de biens de valeurs de MBIDJO_AKWE
de Bahema Badjere, territoire de DJUGU province de l'Ituri , Dimanche 12/2/2023, et tué 8 Hema dont
5 hommes et 3 femmes

, Aujourd'hui, Depuis 7 h00 jusqu'à 9h00,les CODECO sont revenus nombreux : les enfants,les vieux,les
jeunes,.. à MBIDJO,cette fois là dans des champs de HEMA.

Ils ont eu à arracher le manioc de plusieurs chants qu'ils ont toujours ramené à DAMAS de Balendu
MABENDI.

La situation reste volatile dans ce milieu. Jusqu'aujourd'hui,aucun élément de FARDC ou de
MONUSCO n'a mis ses pieds à MBIDJO ne fus que pour documenter ou pour stabiliser la sécurité du
milieu.

Silence total du Gouvernement de l'État de siège en Ituri.

Le demain de HEMA de cette région minière est trop critique.

109

44.
- 4 février : vol et destruction du bétail de monsieur BEIZA à MAI TATU
-

Le samedi 04/02/2023 au territoire d'Irumu, Groupement BASILI, Localité MAI TATU vers
KOMANDA , plus de120 vaches tuées et 30 vaches enlevées à monsieur BEIZA

110

45.
4 février 2023, tuerie d’un héma au village OKE / BERUNDA :

111

112

46.
Attaque du village MURUBYA le 13 février 2023
Hier,Lundi 13/2/2023 les miliciens genocidaires FPIC ont attaqué le village MURUBYA du
Groupement BADYA de la Collectivité SOTA de BAHEMA d'Irumu, territoire d'IRUMU,
province de l'Ituri.
Selon le témoignage du Chef du Groupement de cette Entité,les miliciens FPIC ont attaqué ce
village de MURUBYA entre 15h et 16h00.
Comme bilan,ces miliciens ont pillé 70 vaches qui sont ramenées chez Babira de WALU et
GANGU.

Aucune intervention n'est faite jusqu'à là pour la récupération de ces vaches.
Ces vaches appartenaient aux trois HEMA,dont les noms sont:
BAMARAKI NTAGA
DAVID NTAGA
Et à NYOKA YA SUMU

113

47.
- Attaque MBIDJO KOBA Récit de témoins
Message reçu :
Bonjour et bon Dimanche. Comme nous l'avions alerté hier vers 22h00,les miliciens génocidaires
CODECO ont effectivement attaqué le centre Mbidjo/KOBA de Bahema Badjere, territoire de DJUGU
province de l'Ituri.

Depuis 7h00 ,les CODECO sont en train de brûler le centre AKWE toujours de la Collectivité de Bahema
Badjere, territoire de DJUGU, province de l'Ituri.

Comme rappel, c'est pour la troisième fois que les CODECO sont rentrés attaquer le centre de négoce
Mbidjo.

Ils avaient brûlé ce centre, et y avait tué vingtaine de Hema vers le mois d'août 2022.

A l'heure qu'il est, malgré notre alerte d'hier, pas d'intervention de la FARDC et de la MONUSCO.
Ils sont en train de brûler ces deux centres hema sans être inquiétés par qui que ce soit.
Ces CODECO proviennent toujours de DAMAS de Balendu BENDI où se trouve leur bastion depuis plus
de 2 ans qui n'a jamais été démantelé malgré les multiples alertes de Société civile de MBIDJO .
Toutes ces informations nous proviennent de la part de Société civile de MBIDJO.

VIDEO-2023-02-12-0
0-31-15 attaque mbidj

VIDEO-2023-02-12-0
0-31-15 attaque mbidj

VIDEO-2023-02-12-0
3-47-34 attaque mbidj

114

48.
Attaque du lundi 6 février 2023 au village de GURU ( l’année de référence sur le message
est erronée – erreur matérielle – les faits se sont bien déroulés le 6 février 2023.
-

115

116

117

118

49.
- MBIDJO ET AKWE – Attaques CODECO - 12 février 2023
-

Voir témoignage ci-dessous :
Bonjour ! Aujourd'hui Dimanche le 12/2/2023, les miliciens CODECO venus de Balendu BENDI,
précisément de NGUO et de DAMAS ont fait l'incursion dans 5 localités de groupement
DHEGO, BAHEMA Badjere, territoire de DJUGU, province de l'Ituri.
Comme bilan, dans la localité de KOPKA ,ils ont tué un papa et une maman avec leurs deux
enfants.
Au centre de AKWE,ils ont tué 6 personnes.
Jusqu'à là aucun blessé n'est signalé et aucun kidnappé ou disparu car les recherches
continuent.
Au total 10 personnes tuées dont les corps sont gravement mutilés.
5 hommes,1 garçon de 11 et 1 femme et deux filles.
Ils ont incendié les maisons de 5 villages, à savoir KOPKA,JUDDAY,JIMBU,
BAKU et AKWE Centre.
Plus de 500 maisons incendiées et plusieurs bien de valeurs pillés par ces CODECO.
C'est vers 8h00 ,ils sont rentrés toujours à DAMAS et à NGUO.
Le bilan provisoire d'aujourd'hui semble être très lourd. Déjà 8 corps de hemas retrouvés qui
peut aller ou même dépasser 30 personnes tuées aujourd'hui.
Les CODECO ont incendié 2 grands centres minièrs Hema. Le centre de négoce Mbidjo/KOBA
et AKWE.
Ces centres sont systématiquement pillés avant de les brûlés. Les images après.
Nous demandons à la MONUSCO de venir documenter ce qui s'est passé à MBIDJO et AKWE,
d'intervenir pour la sécurité de populations qui sont les plus exposées aux tragédies de
miliciens genocidaires CODECO.

119

50.
Le 16 février, un officier héma poursuivi et condamné :

120

51.
En février, Les miliciens de la Codeco ont brûlé vif des héma d’Irumu à Chabusiku :

121

122

52.
Assassinat de FLORIDE MANDESI par les milices CODECO le 19 février 2023 – témoignages et
photos ci-après :

Cette maman Mhema du nom FLORIDE MANDESI de 30 ans et ayant 2 enfants est tuée par les
miliciens genocidaires CODECO dans son village natal NGADU du groupement NG'LE , de la Chefferie
de Bahema Badjere, territoire de DJUGU, province de l'Ituri.
Comme son village était incendié par les CODECO, elle est déplacée au Site de Déplacés LALA toujours
à BULE /BULE.
C'est de la part de Chef du village NGADU que nous tenons cette information.
Cette tuerie a eu lieu ce Dimanche 19/2/2023 vers 8h00.
Ces CODECO sont venus de PETRO de Balendu PI'TS.

123

124

53.
- Assassinat de SINGO le 22 février 2023 entre DHEGO et KUNJA

LIEU ET DATE DU CRIME
Tué par les miliciens CODECO entre DHEGO et KUNJA-NGUMI de la collectivité de BahemaBadjere, territoire de DJUGU. Le 22 février 2023

NOMS ET POST-NOMS
SINGO ayant plus ou moins
Agé : +- 35 ans
AUTEURS :
Groupe armé CODCEO
TEMOINS
Il est tué par les CODECO venus de Balendu MABENDI, précisément de MAKOFI, ce Mardi le
22/2/2023, selon le Chef de DALA.

125

54.
- Assassinat de DALALA le 23 Février 2023 à Batchongo
LIEU ET DATE DU CRIME
Décapitée ce soir, Jeudi 23/2/2023 vers 17 h00 par les miliciens CODECO à Batchongo, Chefferie de
Bahema Badjere.

NOM ET POST-NOM
DALALA
AUTEURS :
Groupe armé CODECO
TEMOINS
Selon le chef du village de Bobba , elle est une maman déplacée qui est partie à manger dans son
champ du Site de Déplacés LALA de Bule/BAHEMA Badjere.

126

55.
- Assassinat de MADASI LOTSOV à BATCHONGO le 23 février 2023
LIEU ET DATE DU CRIME
Tuée par les miliciens CODECO venues de Balendu PI'TS Jeudi le 23/2/2023 au village BATCHONGO
du territoire de DJUGU, Collectivité de Bahema Badjere, groupement DHEDJA
NOM ET POST-NOM
MADASI LOTSOV
.AUTEURS :
Groupe armé CODECO
TEMOINS
Cette maman Mhema déplacée du site de déplacés LALA/BULE est de 44 ans. C'est le Président des
Jeunes de la Chefferie de Bahema Badjere qui nous a livré l'information.

127

56.
- Assassinat de NESTOR au village ROIPKA le 28 février 2023
LIEU ET DATE DU CRIME
Tué le 28 Février 2023 à 10h00 par les miliciens de la CODECO dans son champ au village ROIPKA, de
groupement DHEGO précisément de Chefferie de BAHEMA Badjere.
NOM ET POST-NOM
Nestor
Agé : 65ans
AUTEURS :
Groupe armé CODECO
TEMOINS
Chef du village de Roipka

128

57.
- Assassinat le 24 février 2023 au Camp Blaquette
LIEU ET DATE DU CRIME
Tuée par les miliciens CODECO venues de MBAU de Balendu DJA'TS hier Vendredi le 24/2/2023 au
carré minier appelé Camp Blaquette du territoire de DJUGU/ Mungwalu.

NOM ET POST-NOM
En attente
AUTEURS :
Groupe armé CODECO
TEMOINS
La tête de ce mhema est coupée ainsi que ses deux bras. Ces opérations ont suivi sa fusillade. C'est le
responsable de la Communauté Hema à Mungwalu qui nous a livré l'information.

129

58.
Assassinat de LOTSOVE le 23 février au village BOBBA
LIEU ET DATE DU CRIME
Déplacés LALA de BAHEMA Badjere est tuée le Jeudi 23/02/2023 par les miliciens CODECO
venus de Balendu PI'TS dans son champ au village BOBBA du groupement DHEDJA de
Bahema Badjere.

NOM ET POST-NOM
LOTSOVE
AUTEURS :
Groupe armé CODECO
TEMOINS
Cette Maman déplacée LOTSOVE est tuée dans son champ là où elle est allée chercher à
manger pour ses enfants car depuis une année,les déplacés du Site LALA ne sont pas encore
assistés par les humanitaires. Elle est de 48 ans. Selon le Président de jeunes de Chefferie de
Bahema Badjere qui nous a donné l'information, les autres corps de HEMA tués toujours à
BOBBA ne sont pas encore retrouvés.

-

Massacres de KOBA et AKWE – Voir témoignage ci-après

59.

130

60.
LIEU ET DATE DU CRIME :Ecole primaire de Centrale Soleniama en territoire d'Irumu, le 5 Mars
2023

NOMS ET POST-NOMSI,
AUTEURS :
Groupe armé FPIC, allié de la CODECO
TEMOINS :
Selon le Chef du milieu, ces miliciens ont brûlé beaucoup de maisons. Aucune intervention de FARDC
qui n’est qu'à 1 km.

131

61.
LIEU ET DATE DU CRIME Territoire de Djugu, Groupement d’Utcha, le 13 Mars 2023
NOMS ET POST-NOMS
1) BUSHA GRÉGOIRE KODJO (58 ANS).FILS DE VENA-DEMA. VILLAGE WALIBA.
2) UVE MARTE (52 ANS). FILLE DE REMY ET DE LOUSE DZ'SO. VILLAGE WALIBA ;
3) KPADYU -BASSA HASSAN (48 ANS). FILS DE GOSAPA KPADYU MATATIA. VILLAGE NDOKPA ;
4) DZ'JO KARSI ESTELLA (47 ANS). FILLE DE NGABU FABIEN ET DE MARTA. VILLAGE WALIBA ;
5)

132

62.
LIEU ET DATE DU CRIME Territoire de Djugu, Groupement d’Utcha, le 13 Mars 2023
NOMS ET POST-NOMS
1) BUSHA GRÉGOIRE KODJO (58 ANS).FILS DE VENA-DEMA. VILLAGE WALIBA.
2) UVE MARTE (52 ANS). FILLE DE REMY ET DE LOUSE DZ'SO. VILLAGE WALIBA ;
3) KPADYU -BASSA HASSAN (48 ANS). FILS DE GOSAPA KPADYU MATATIA. VILLAGE NDOKPA ;
4) DZ'JO KARSI ESTELLA (47 ANS). FILLE DE NGABU FABIEN ET DE MARTA. VILLAGE WALIBA
5) DIVE DZ'DHI ANTOINETTE (45 ANS). FILLE DE ZAKAYO NGBALENDJI ET DE BORIVE NDOLIFE.
VILLAGE WALIBA ;
6) DIVE DZ'DHI ANTOINETTE (45 ANS). FILLE DE ZAKAYO NGBALENDJI ET DE BORIVE NDOLIFE.
VILLAGE WALIBA ;
7) DIVE MBUSI CHANTAL (30 ANS). FILLE DE DDUNGUBA BENEZETI ET DE NGABUSI FRANÇOISE.
VILLAGE NDOKPA ;
8) KOMA BAHATI EMMANUEL (25 ANS).
AUTEURS :
Groupement armé CODECO (Coopérative pour le Développement du Congo)
Temoin : Secrétaire/Prof : Magbo Charité

133

134

63.
Assassinat JUSTIN KWONKE le 6 mars à TINDA
NOM ET POST-NOM
Justin KWONKE
LIEU ET DATE DU CRIME
Localité de TINDA, territoire d’IRUMU, le 6 mars 2023
AUTEURS :
Groupe armé FPIC Chini ya Kilima, allié du Groupé armé CODECO
TEMOINS
Selon les habitants locaux, l’éleveur Justin KWONKE fils du bouvier Hema qui était kidnappé puis tué
par le Groupe armé FPIC Chini ya Kilima à TINDA/IRUMU. Toutes ses vaches ont été coupées par ces
miliciens. Ils l’ont retrouvé dans sa petite bourgade où il élève ses vaches.

135

64.
NOM ET POST-NOM - Village de Panza
LIEU ET DATE DU CRIME
Villag de Panza, Territoire d’IRUMU, le 7 Mars 2023.
AUTEURS :
Groupe armé FPIC Chini ya Kilima, allié du Groupe armé CODECO
TEMOINS
Les codeco sont entrain vers 20h dans le Village de Panza, qu’ils ont brulé, à environ 3 km
de la localité de DRODRO, et 4km de Régiment de FARDC. Selon les habitants locaux.

136

137

138

65.
- NOM ET POST-NOM Incendie des centres Mbidjo/KOBA de Bahema Badjere, et
Akwe
LIEU ET DATE DU CRIME
Collectivité de Bahema Badjere, le 8 mars 2023
AUTEURS :
Groupe armé CODECO
TEMOINS
Selon Société civile de MBIDJO, depuis 7h00, les CODECO sont en train de brûler le centre
AKWE toujours de la Collectivité de Bahema Badjere, territoire de DJUGU, province de l'Ituri.
Ils avaient brûlé ce centre,et y avait tué vingtaine de Hema vers le mois d'août 2022. A l'heure
qu'il est, malgré notre alerte d'hier, pas d'intervention de la FARDC et de la MONUSCO. Ils sont
en train de brûler ces deux centres hema sans être inquiétés par qui que ce soit. Ces CODECO
proviennent toujours de DAMAS de Balendu BENDI où se trouve leur bastion depuis plus de 2
ans qui n'a jamais été démantelé malgré les multiples alertes de Société civile de MBIDJO.
Comme rappel, c'est pour la troisième fois que les CODECO sont rentrés attaquer le centre de
négoce Mbidjo.
Le bilan provisoire d'aujourd'hui semble être très lourd. Déjà 8 corps de hemas retrouvés. Le
bilan peut aller ou même dépasser 30 personnes tuées aujourd'hui. Les CODECO ont incendié
2 grands centres minièrs Hema. Le centre de négoce Mbidjo/KOBA et AKWE. Ces centres sont
systématiquement pillés avant de les brûlés. Les images après. Les CODECO ont opéré de 4
h00 jusqu'à 9 h00 sans aucune intervention de FARDC ou de la Monusco.

139

66.
- Le 10 mars 2023, face à la gravité des événements, la chambre du conseil HEMA a
rédigé un nouveau rapport de 49 pages que l’on trouvera en annexe à la présente
plainte. Ce rapport assez complet reprend nombre d’événements survenus dans le
cadre du génocide.

140

141

142

143

144

145

146

147

148

149

150

151

152

153

154

155

156

157

158

159

160

161

162

163

164

165

67.
- Assassinat de KAMAHUNDA SAMUEL à DATULE
NOM ET POST-NOM
KAMUHANDA SAMUEL
LIEU ET DATE DU CRIME
Localité de DATULE, Bahema BANYWAGI, Territoire de DJUGU à 14h00. Mardi 14/3/2023
AUTEURS :
166

Groupe armé CODECO
TEMOINS
Selon les habitants locaux, plus de 90 vaches du bouvier KAMUHANDA SAMUEL pillées par
le Groupe armé CODECO/LENDU, troupe de LOUP DE MONTAGNE.

-

Assassinat de NEEMA à NDJAZA
68.

NOM ET POST-NOM
NEEMA
LIEU ET DATE DU CRIME
Elle est tuée dans la localité NDJAZA, Groupement UTCHA, Chefferie de Bahema Nord,
territoire de DJUGU par les miliciens de la CODECO venus de Balendu DJA'TS.
AUTEURS :
167

Groupe armé CODECO
TEMOINS
Elle a été tuée avec son Beau-père à une distance de moins de 1 km de la position de militaires
FARDC qui n'ont pas intervenu et qui n'ont même pas tiré un coup de fusil. Les CODECO ont
coupé sa tête, qui est restée introuvable.
Elle a 35ans. Son mari était tué à la date du 13/3/2023 à MAZE la semaine passée là où il était
parti chercher à manger pour sa famille. Cette maman déplacée du site RHO. (Les déplacés de
Rho).

NOM ET POST-NOM
Bouvier KASUMBA
LIEU ET DATE DU CRIME
Village BOAT, Territoire de Djugu du 13 Mars 2023
AUTEURS :
Groupe armé CODECO
TEMOINS
Selon les habitants locaux, à 1h du Samedi 18/3/23, CODECO/Lendu ont abattu une dizaine
de vaches du bouvier KASUMBA au village BOAT. A 13h, du Samedi, le Groupe armé
CODECO ont encore pillé plus de 200 vaches de 3 bouviers du village NYARE/Bahema
BANYWAGI, puis ramenées à PENYI. Ils ont égorgé d’autres.

168

169

69.
NOM ET POST-NOM Village de DJUPAZAGA/NGOTE
LIEU ET DATE DU CRIME
Village de Djupaza à Ngote dans le Territoire de Mahagi, le 18 Mars 2023
AUTEURS :
Groupe armé CODECO
TEMOINS
Selon les proches des victimes, les miliciens ont attaqué le village de Djupazaga, dans l’objectif de piller,
et l’incendier mais y trouvant des civils, ils les ont tué, au moins 12 corps y ont été retrouvés le midi
du 18 Mars 2023. Certains sont des alurs et hemas,.

170

70.
Assassinat de LOKANA JEREMBU à DHENDO LE 20 mars 2023
LIEU ET DATE DU CRIME
Il est tué hier LENDI 20/3/2023 par les miliciens de la CODECO venus de Balendu PI'TS, précisément
du village DHENDO dans la localité TCHENDI du groupe DHENDRO/ Bahema Nord là où il est allé
fabriquer la Braise.

NOMS ET POST-NOMS
LOKANA JEREMBU
AUTEURS :
Groupe armé CODECO
TEMOINS
Du site de DUDU, On est allé l’enterrer dans son village natal LENGE du site de déplacés DUDU.
Ce témoignage nous tenons du Président du Chef de Localité du Groupement DHEDRO.

171

71.
- Assassinat le 21 mars de Constantin LOJUNGA
LIEU ET DATE DU CRIME Il est tué aussi par les miliciens de la CODECO hier avec sa belle-fille à un
même endroit là où ils sont partis chercher à manger dans leur champ du Site de Déplacés RHO. Le
21 Mars 2023
NOMS ET POST-NOMS
LOJUNGA Constantin. Il est beau-père de NEEMA.
AUTEURS :
Groupe armé CODECO
TEMOINS
Deux Déplacés nous est livré par le Président du site de déplacés RHO.

NOM ET POST-NOM
GOY Charlotte
Age : 58 ans
LIEU ET DATE DU CRIME
A DRODRO, localité DDUMA, groupement BUKU, Chefferie de Bahema Nord, territoire de DJUGU
à la date du Mercredi 22/ 3/2023.
AUTEURS :
Groupe armé CODECO
TEMOINS
172

Habitants locaux, il était coupé en machette par CODECO. C'était à 11h00. Les CODECO ont dit dans
leur matorola qu'ils veulent matérialiser le Génocide car ils sont déjà qualifiés des génocidaires et
exclues de processus de Nairobi. Ils ont bléssé maman Goy par machettes.
Assassinat de LOGO ROGER à FRODRO le 22 mars
NOM ET POST-NOM
LOGO ROGER.
Statut : Laborantin de l'hôpital de DRODRO
Age : 49 ans
LIEU ET DATE DU CRIME
A DRODRO, localité DDUMA, groupement BUKU, Chefferie de Bahema Nord, territoire de DJUGU
à la date du Mercredi 22/ 3/2023
AUTEURS :
Groupe armé CODECO
TEMOINS
Habitants locaux, il était coupé en machette par CODECO. C'était à 11h00. Les CODECO/Lendu ont
dit dans leur matorola qu'ils veulent matérialiser le Génocide car ils sont déjà qualifiés des genocidaires
et exclues de processus de Nairobi

173

174

175

176

177

72.
ASSASSINAT DE FWAMBE à DRODRO le 22 mars 2023
NOM ET POST-NOM
FWAMBE
LIEU ET DATE DU CRIME
A DRODRO, localité DDUMA, groupement BUKU, Chefferie de Bahema Nord, territoire de DJUGU à la
date du Mercredi 22/ 3/2023
AUTEURS :
Groupe armé CODECO
TEMOINS
Habitants locaux

NOM ET POST-NOM
MIREIL
178

Age : 62 ans

-

Statut : Enseignant

179

73.
LIEU ET DATE DU CRIME
Le 22 Mars 2023, localité DDUMA, groupement BUKU, Chefferie de Bahema Nord, territoire de
DJUGU
AUTEURS :
Groupe armé CODECO
TEMOINS
Habitants locaux

NOM ET POST-NOM
DHESI DHEDONZA MARIENNE.
Statut : Déplacée du bloc 27 du site Plaine Savo/BULE.
Age : 55ans
LIEU ET DATE DU CRIME
Tuée hier 22/3/2023 au village MBUDJONA, Groupement NG'LE Chefferie de Bahema Badjere,
territoire de DJUGU.
AUTEURS
Groupe armé CODECO
TEMOINS
Selon les Habitants locaux, il était coupé en machette par CODECO. C'était à 11h00. Les CODECO ont
dit dans leur matorola qu'ils veulent matérialiser le Génocide car ils sont déjà qualifiés des génocidaires
et exclues de processus de Nairobi. C'est le vice-président de la Société civile de BAHEMA Nord qui
nous a donné toutes ces informations.

180

74.
Assassinat NZALE THEREZIA le 22 mars à MBUDJONA
NOM ET POST-NOM
NZALE THÉRÈSIA
Statut : Déplacée du site Plaine Savo/Bule ; du bloc 0
Age : 58ans
LIEU ET DATE DU CRIME
Elle est tuée hier Mercredi le 22/3/2023 au village MBUDJONA, Groupement NG’LE, Chefferie
de votre Badjere.
AUTEURS
Groupe armé CODECO
TEMOINS
Selon les Habitants locaux, il était coupé en machette par CODECO. C'était à 11h00. Les
CODECO ont dit dans leur matorola qu'ils veulent matérialiser le Génocide car ils sont déjà
qualifiés des génocidaires et exclues de processus de Nairobi. C'est le vice-président de la
Société civile de BAHEMA Nord qui nous a donné toutes ces informations. Elle est enterrée
au site de déplacés Plaine Savo. Elle est tuée là où elle est allée chercher à manger

181

75.
Assassinat PASCALINE le 22 mars 2023 à DRODRO
NOM ET POST-NOM
PASCALINE
Age : 65 ans
LIEU ET DATE DU CRIME
A DRODRO, localité DDUMA, groupement BUKU, Chefferie de Bahema Nord, territoire de DJUGU à la
date du Mercredi 22/ 3/2023
AUTEURS :
Groupe armé CODECO
TEMOINS
Habitants locaux

NOM ET POST-NOM
TOUPASSE
Statut : Finaliste de l’école secondaire
Age : 23ans
LIEU ET DATE DU CRIME
Miliciens génocidaires CODECO au village LINGO/JISSA, groupement BUKU, Chefferie de Bahema
Nord, territoire de DJUGU. Jeudi 23/3/2023 vers 8h00
AUTEURS
Groupe armé CODECO
TEMOINS
Selon les Habitants locaux, il était coupé en machette par CODECO. C'était à 11h00. Les CODECO ont
dit dans leur matorola qu'ils veulent matérialiser le Génocide car ils sont déjà qualifiés des génocidaires
et exclues de processus de Nairobi. C'est le vice-président de la Société civile de BAHEMA Nord qui
nous a donné toutes ces informations.

182

Assassinat ÉPHREM MALOBI à MBUDJONA
Statut : Déplacée
Age : 51ans
LIEU ET DATE DU CRIME
Il est tué au village MBUDJONA, Groupement NG'LE, Chefferie de Bahema Badjere, territoire de DJUGU
AUTEURS
Groupe armé CODECO
TEMOINS
Selon les Habitants locaux, il était coupé en machette par CODECO. C'était à 11h00. Les CODECO ont
dit dans leur matorola qu'ils veulent matérialiser le Génocide car ils sont déjà qualifiés des génocidaires
et exclues de processus de Nairobi. C'est le vice-président de la Société civile de BAHEMA Nord qui
nous a donné toutes ces informations.

183

76.
31 mars 2023 massacre dans la région minière de MABANGA DJUGU
Liste des personnes HEMA massacrées hier Vendredi 31/3/2023 par les miliciens genocidaires
CODECO au Chantier de l'opérateur économique Mhema MAMBO KAMARAGI ROFF dans la région
minière de MABANGA -DJUGU.
Cette information m'est donnée par le Président de conseillers de la jeunesse de MABANGA.
Finalement pourquoi seulement les Hema, qui doivent seulement dans ce pays où la loi semble n'est
pas d'application pour protéger les faibles. S'ils peuvent s'organiser.

Le bébé sur la photo a vécu 6 mois. Il s’appelle ASIFIWE et sa maman s’appelle BUVE ESPERANCE

La liste des victimes est jointe ci-dessous.

184

185

186

187

188

61251801-8e20-4f91b979-b8673c939801.m

189

77.
2 AVRIL 2023 – Assassinat de TANGOBVIBA et DHELOSI à BUKI
Encore massacres de Hema ce Dimanche le 2/4/2023 au village LA ,de la localité BUKI, groupement
BÛKU de la Chefferie de Bahema Nord.
Il s'agit du vieux TANGObVIBA de 75 ans et sa femme AGNÈS DHELOSI de 70 ans sont tués à 100 m du
Régiment de FARDC MASUMBUKO qui n'a pas intervenu à temps.
Leur fils Deogratias qui les gardait est blessé au pied vers 3h00.
Ces miliciens genocidaires CODECO sont venus de ACHA/ MASUMBUKO Chef-lieu du Secteur de
Walendu TATSI, village voisin du Régiment FARDC
Ce témoin nous vient de Vice-président de la Soirée civile de BAHEMA Nord.

190

191

192

78.

Assassinat le 3 avril 2023 de LOMBUNI TANYA FAUSTIN
Ce mhema est un déplacé que les miliciens genocidaires CODECO ont tué hier LENDI le 03/4/2023 là
où il est allé cherché à manger de leur site de déplacés GINA de BAHEMA BAGURU.
Il s'appelle LOMBUNI TANYA FAUSTIN.
Il est tué en localité TCHORO , toujours de Bahema BAGURU.
Il est de 32 ans!
C'est au centre Commercial IGA-BARRIERE qu'il sera enterré aujourd'hui.
Le témoignage est de Chef de LOCALITÉ de TANYA.

193

194

195

196

79.
Décapitation de deux enfants Bahima à une date inconnue :
Voyez un peu jusqu'à fin pour découvrir le point culminant du Génocide en cours contre les Hema.
Voilà un papa Mhema dont les enfants orphelins sont tués,puis après dont les têtes sont coupées.
Dans une grande angoisse,ce papa Mhema de Chefferie de Bahema Badjere, groupement DHEGO/
BANANA est entrain de ramasser les têtes de ses enfants.
Toujours en Ituri, territoire de DJUGU.
Les CODECO ont sincèrement jurés d'exterminer les Hema.
Qu'ont-ils fait ces enfants Hema contre les CODECO ?

48bf0c24-665a-4b4fb8a5-74fa0544ac33.m

197

80.
Attaque le vendredi 31 mars 2023 au village WAYA. Lors de leur fuite, les CODECO ont
« oublié » trois membres de la milice qui ont pu être arrêtés au village. Lors de la fouille
vestimentaire, les habitants ont trouvé des cartes d’identité de la Police Nationale
Congolaise. Ceci est la preuve de la collusion entre les autorités publiques et les milices
dans la procédure d’épuration ethnique

198

33ecc305-9bbd-415c
-b84c-8090c700a04f.m

199

8a69d70f-56c6-4be29d96-267c23e9664c.m

200

81.
Mercredi 12/4/2023,des massacres généralisés de déplacés Hema par les miliciens genocidaires
CODECO sous l'ordre du policier Commissaire Supérieur,MAPELA VINYAMA Ruffin qui leur avait
donné l'ordre de massacrer les populations Hema
au nom de représailles d'une manière disproportionnelle suite à la tuerie de 4 CODECO par dess
inconnus au village LIDDA ,devenu désert et incendié par les CODECO depuis 2018.
Du côté de BAHEMA Badjere,on a enregistré le massacre de 3 déplacés du Site de Déplacés Plaine
Savo à LENGA dans leur champ.
1 déplacé du Site de Déplacés RHO de Bahema Nord à MAZE.

201

202

203

204

82.

12 avril 2023 En territoire de DJUGU , Chefferies des BAHEMA Badjere , au
village LENGA
à la date du 12/4/2023 Mercredi,les miliciens genocidaires CODECO Lendu venus de Balendu DJATSI,
précisément de NDJAUDHA ont surpris les déplacés Hema du site de déplacés Plaine Savo dans leurs
champs au village LENGA, incendié depuis 2021,du groupement LONA -LODZIPKA.
Comme bilan,nous avons enregistré la mort de 3 déplacés,dont:
1. Maman Espérance LOSI , âgée de 33 ans
Village d'origine D'UMA
2. Maman GRACIANA, âgée de 49 ans,
Village d'origine SOKE
3. Papa LONU NYAPKA, âgé de 57 ans.
Village d'origine SENGE
Tout ce massacre de ces derniers jours,les miliciens genocidaires CODECO l'exécutent sous l'ordre du
Policier Commissaire Supérieur du territoire de DJUGU,MAPELA VINYAMA Ruffin . Il leur a demandé
de faire représailles contre la population Hema jusqu'à la massacrer d'une façon disproportionnelle
suite à la tuerie de 4 miliciens genocidaires CODECO par des inconnus au village LIDDA,du
groupement DHEDJA, Chefferie des Bahema Badjere.
Comme rappel, le village LIDDA des Bahema Badjere avait été incendié par les CODECO à l'année
2019, et est resté consovo.
Au fait, le Groupement DHEDJA en général est resté consovo.

205

83.
13 AVRIL 2023 - DJUGU
Une Nouvelle attaque de la milice CODECO a été signalée dans la nuit du Mercredi à ce jeudi 13
AVRIL 2023, au village LOROMI du Groupement TCHOMIA en chefferie des Bahema Banywagi dans la
plaine du Lac Albert. Selon des Sources locales le bilan provisoire de cette attaque est de 2 personnes
tuées dont une un homme et sa femme. Et une Troisième personne a été grièvement blessée par
machette. La même source précise que ces Assaillants CODECO seraient venus du village LANDA dans
le Groupement PENYI en secteur des Walendu TATSI. Des recherches continuent pour retrouver
d'autres corps.

206

207

208

84.
14 avril 2023 – ATTAQUE VILLAGE LOROMI
Les miliciens Codeco ont attaqué le village LOROMI 8 km du centre commercial de Tchomia, dans la
chefferie des Bahema Banywagi, Groupement Tchomia, la nuit du 12/ 04/2023 vers 21 heure
quelques minutes dont il a eu la mort de deux personnes époux et épouse et une fille blessée.
Voici leurs noms
1/ LOBHO SINGO âgé de 36 ans,
2/ GBOSI MANUELA âgée de 27 ans et
3/ MACHOZI PATIENCE âgée de 14 ans, blessée gravement par machette et transféré à l'hôpital
Général de Tchomia
La dite situation sécuritaire a causé le mouvement massif de la population de LOROMI, FICHAMA,
GURE, TSIBASI,...

209

210

211

212

213

214

215

216

217

85.
Massacre de hema Jeudi 13/04/2023 au village BOBBA,du groupement DHEDJA, Chefferie
des Bahema Badjere.
Ils sont aussi enterrés au site de déplacés #LALA.
Il s'agit de deux hommes déplacés du Site LALA qui sont massacrés par les miliciens genocidaires
CODECO Lendu .

218

219

VIDEO-2023-04-14-2
1-33-48.mp4

220

86.

RDC : au moins 45 civils dont des enfants et des femmes enceintes sauvagement tués en
une journée par la milice CODECO en Ituri

https://iwebrdc.com/rdc-au-moins-45-civils-dont-des-enfants-et-des-femmes-enceintessauvagement-tues-en-une-journee-par-la-milice-codeco-en-ituri/

221

CONCLUSIONS :
Il ressort de ces récits tragiques que toutes ces personnes sont les victimes patentes de crimes contre
l’humanité et notamment assassinat, pillage, destruction de biens et tortures en raison de leur
qualité de hémas de nationalité congolaise. Les crimes dont ces personnes hémas ont été victimes
sont liés à leur situation ethnique. Il s’agit dès lors de crimes contre l’humanité imprescriptibles.
Nous avons l’honneur de déposer plainte formellement entre vos mains pour les faits d’assassinat,
vol et/ou destruction de bétail et de tous les effets mobiliers des personnes visées dans la présente
plainte, coups et blessures, tortures, arrestations arbitraires avec la circonstance aggravante que les
victimes sont attaquées en raison de leur origine ethnique. Il s’agit de massacres qui s’inscrivent dans
une procédure d’épuration ethnique visant à éradiquer la présence héma en Ituri.
En outre, l’incitation à la haine interethnique est réprimée par le Code pénal congolais dans le cadre
de l’ 0RDONNANCE-LOI n° 25-13 du 25 mars 1960 portant Répression des manifestations de racisme
ou d'intolérance religieuse. (M.C, 1960, p. 946) :
Art. 1er. - Les inscriptions murales ou autres, le port d'emblèmes, les gestes, les paroles ou les écrits
susceptibles de provoquer, d'entretenir ou d'aggraver la tension entre races, ethnies ou confessions
sont punis d'une peine de servitude pénale d'un mois à un an et d'une amende n'excédant pas 3.000
francs, ou d'une de ces peines seulement.
Par ailleurs, les mêmes faits sont également réprimés par l’ORDONNANCE-LOI 66-342 du 7 juin 1966
portant Répression du racisme et du tribalisme. (M.C, 1966, p. 559) qui prévoit notamment :

Art. 1 er. – Quiconque, soit par paroles, gestes, écrits, images ou emblèmes, soit par tout autre
moyen, aura manifesté de l’aversion ou de la haine raciale, ethnique, tribale ou régionale, ou aura
commis un acte de nature à provoquer celle aversion ou cette haine puni d’une servitude pénale d’un
mois à deux ans et d’une a de cinq cents à cent mille francs, ou d’une de ces peines seulement.
Si l’infraction a été commise par un dépositaire de l’autorité que dans l’exercice de ses fonctions, la
servitude pénale sera de six mois au moins et l’amende de cinq mille francs au moins.
Si l’infraction a causé une désorganisation des pouvoirs publics, des troubles graves, un mouvement
sécessionniste ou une rébellion coupable sera puni de la servitude pénale à perpétuité.

Par ailleurs, les faits relèvent aussi du champ d’application de la loi réprimant la propagande
subversive, soit le DÉCRET-LOI du 14 janvier 1961 sur les propagandes subversives. — Répression.
Art. 1er. — Quiconque sera convaincu d’avoir, par des moyens quelconques, fait acte de propagande
subversive, en préconisant le recours à la violence pour transformer l’ordre politique ou l’ordre social
établis, sera puni d’une servitude pénale de six mois à cinq ans et d’une amende de deux cents à deux
mille francs.
Ces faits s’inscrivent dans le cadre d’une campagne d’appel à la haine et au meurtre des
banyamulenge, banyarwandais et hémas de nationalité congolaise.
Le comportement des assassins, de leurs complices et commanditaires en violation des dispositions
ci-haut précisées répond aux appels adressés à une partie de la population de prendre des armes
blanches et de s’attaquer aux membres de la Communauté Tutsi et aux Hemas accusés sans preuve
222

accusés de ne pas être congolais, accusés de ne pas avoir le droit de vivre en République
démocratique du Congo, accusés d’usurper le territoire congolais, demandant de les priver de leurs
revenus, patrimoine, et en fin de compte de la vie. Ces crimes contre l’humanité expriment une
volonté discriminatoire inavouée (voir : Les lois sur les crimes de haine, Guide pratique, conçu par
Nona Reuter, publier par le Bureau des Institutions Démocratiques et des Droits de l’Homme, BIDDH
en sigle de l’OSCE), UI – Miodowa, 10,00 – 251/ Varsovie- Pologne www.osce.org/odihr
Indépendamment de leur caractère criminel évident, ces crimes contre l’humanité constituent une
menace très sérieuse qui met en danger la vie de tous les membres de la communauté Hémas
Congolais. Les menaces, les intimidations, les attaques voire les meurtres et assassinats sommaires
ne cessent de faire des victimes au sein de la communauté Héma congolaise sans que les auteurs des
exactions ne fassent l’objet des poursuites alors que des plaintes ont déjà été déposées.
Pourtant des dispositions légales des textes internationaux imposent à l’Etat Congolais d’assurer la
protection des victimes des violations graves de droits fondamentaux notamment la Convention
Internationale sur l’élimination de toutes les formes de discriminations raciales dans ses articles 4. C,
5.1 a), b), et d). i), la Convention internationale de prévention et de répression du Crime de génocide
de 1948, article premier.
Par ailleurs, la mission même de la Monusco est prioritairement d’assurer la protection des civils.
La MONUSCO est en défaut de rencontrer la mission qui lui est assignée et la communauté HEMA
clame haut et fort que les propos de l’envoyée spéciale de la MONUSCO tenus au Conseil de
Sécurité récemment visent à camoufler la réalité vécue par la population. La communauté Hema
demande non seulement une enquête approfondie et contradictoire concernant ces événements
mais en outre une mission menée par une équipe d’experts désignés par le Haut-Commissaire aux
Droits de l’Homme et totalement indépendante de la MONUSCO.
Enfin les parties civiles dont nous sommes porteurs de mandats victimes de ces violations graves sont
en droits d’exiger que tous les préjudices subis soient intégralement réparés par l’Etat Congolais qui
a failli à sa mission régalienne d’assurer la sécurité des personnes et de leurs biens in solidum avec
les auteurs présumés de ces crimes. La MONUSCO a également sa responsabilité engagée vis-à-vis de
la population des victimes et il sera demandé réparation.
Vous noterez que suite aux dénonciations de ces crimes par notre collectif, le porte parole des FARDC
a publiquement accusé le président du parlement provincial de diriger la milice CODECO. Quant à ce
dernier, il a à son tour accusé le général LUBOYA d’être derrière les crimes commis. Nous vous
demandons d’agir pour identifier les responsabilités respectives de ces deux personnages.

7524295a-71bb-43bb
-b2db-8b154b3195d8

5383a369-9615-428d
-a9b8-a2ae84327999.

223

Nous vous remercions d’ouvrir un dossier et de poursuivre tous les auteurs, coauteurs et complices
des infractions dénoncées dans la présente plainte devant les Cours et Tribunaux compétents en
ITURI.Lors des poursuites, la question des complicités au sein des militaires FARDC doit être posée.
Tout comme l’obligation d’indemnisation des victimes par l’Etat congolais en raison des carances
patentes de ses forces de défense et de police en Ituri quand il ne s’agit pas d’actes de complicité.
Nos mandants se réservent le droit de mettre en cause la responsabilité des organisations
internationales pour leur carence en Ituri et ce sans préjudice des responsabilités individuelles.
Nous profitons de la présente pour vous signaler que les signataires des présentes et leurs mandants
ont pour seul souci le respect de l’Etat de Droit en République démocratique du Congo. Leur action
est uniquement motivée par la volonté de protéger les personnes et les biens et nos mandants
n’entendent en aucune façon que leur action soit interprétée par qui que ce soit au-delà du mandat
qui nous est conféré en justice. Les mandants et leurs avocats agissent dans le respect de l’Etat de
Droit et refuse à quiconque de tirer quelqu’argument que ce soit à l’occasion du conflit persistant à
l’Est de la République démocratique du Congo.
L’avocat de contact pour notre collectif et le signataire de la présente au nom et pour compte du
collectif est Me Roger LOGO MANDE
-

E-mail : kizakysky@gmail.com
Téléphone : 0811831148
.

Dans l’intervalle, veuillez croire, Monsieur le Procureur général, à l’assurance de notre haute
considération.
Pour le collectif des avocats saisis en vue de la protection des BANYAMULENGE, BANYARWANDA
TUTSI et HEMAS de nationalité congolaise,

Me Roger LOGO MANDE

Avocats membres du collectif :

Me Roger LOGO MANDE
Avocat au Barreau de Bunia
E-mail : kizakysky@gmail.com
Téléphone : 0811831148
224

Me Amedeo KAMOTA
Avocat au Barreau du Sud Kivu - Bukavu
Tél. : +243.825.495.046.
e-mail : kamotaam@gmail.com

Me Jean-Paul SHAKA
Avocat au Barreau de New-York
Tél. : +1(917) 544-9938
e-mail : shakajp01@gmail.com

Me Bernard MAINGAIN
Avocat au Barreau de Bruxelles et au Barreau
De la Cour pénale Internationale
Tél. : +32.475.60.87.64.
e-mail : bernardmaingain@xirius.be

225

ANNEXES VIDEO REPRISES DANS LA PLAINTE :

10

a03ce745-35ea-4d9cb5c4-4ea28ba4c917.m

17.

VIDEO-2023-04-14-2
0-43-53.mp4

18.

VIDEO-2023-02-26-1
5-34-05.mp4

20.

VIDEO-2023-04-10-0
6-59-28.mp4

21.

VIDEO-2023-04-10-1
5-49-16.mp4

226

24.

33ecc305-9bbd-415c
-b84c-8090c700a04f.m

8a69d70f-56c6-4be29d96-267c23e9664c.m

27.

VID-20230404-WA04
91.mp4

42.

AUDIO-2023-02-08-2
1-29-40.m4a

AUDIO-2023-02-08-2
1-29-41.m4a

AUDIO-2023-02-08-2
1-29-42.m4a

AUDIO-2023-02-08-2
1-29-43.m4a

227

47.

VIDEO-2023-02-12-0
0-31-15 attaque mbidj

VIDEO-2023-02-12-0
0-31-15 attaque mbidj

VIDEO-2023-02-12-0
3-47-34 attaque mbidj

76.

61251801-8e20-4f91b979-b8673c939801.m

79.

48bf0c24-665a-4b4fb8a5-74fa0544ac33.m

80.

33ecc305-9bbd-415c
-b84c-8090c700a04f.m

228

8a69d70f-56c6-4be29d96-267c23e9664c.m

85

VIDEO-2023-04-14-2
1-33-48.mp4

86

https://iwebrdc.com/rdc-au-moins-45-civils-dont-des-enfants-et-des-femmes-enceintessauvagement-tues-en-une-journee-par-la-milice-codeco-en-ituri/

Conclusions

7524295a-71bb-43bb
-b2db-8b154b3195d8

5383a369-9615-428d
-a9b8-a2ae84327999.

229

230

231

232

233

234

235

236

237

238

239

240

241

242

243

244

245

246

247

248

249

250

251

252

253

254

255

Top

fgtquery v.1.9, February 9, 2024