Author-card of document number 3411

Num
3411
Date
Mardi 28 juin 1994
Ymd
Hms
20:00:00
Author
Author
Author
Size
72380657
Uptitle
Journal de 20 heures [11:33]
Title
Ce qu'a présenté Paul Barril, c'est un boîtier d'antenne radiocompas. Sur le Falcon 50, il y en a deux. C'est un appareil inerte, qui ne contient aucune information
Subtitle
À Gishyita, des commandos marine surveillent les collines à quelques kilomètres : des hommes du FPR y sont positionnés. On parle de 1 000 à 2 000 rebelles.
Quoted person
Quoted person
Quoted person
Quoted person
Quoted person
Quoted person
Quoted place
Quoted place
Quoted place
Quoted place
Quoted place
Quoted place
Keyword
Keyword
Keyword
Keyword
Abstract
- Who killed or caused to be killed the President of Rwanda? There is no answer for the moment to this mystery but a man claims to know it. Captain Paul Barril accuses the Rwandan Patriotic Front. He said so clearly in our 1 p.m. news. And the former commander of the GIGN showed, to demonstrate it, the black box of the presidential plane shot down by two missiles. The accusation is so serious that it deserved an investigation into this investigation.

- It's 1 p.m. Live on France 2, Paul Barril explains to us that he recovered the black box of the Rwandan President's Falcon 50. With that, he says, we can prove that the plane was the victim of a missile attack, a carefully planned operation.

- At the same time in Toulouse, a pilot, Philippe Lendepergt, who is watching France 2, jumps: for him, the object presented by Barril has nothing to do with a flight recorder. Philippe Lendepergt, "Pilot": "A black box such as Mr. Barril should have found it, it's orange to start with, internationally. And it records all the aircraft's parameters".

- What Paul Barril presented was a radio compass antenna box. On the Falcon 50, there are two. The Omega radiocompass is used to go from one point to another between two beacons, the plane keeps its course. It is an inert device, which does not contain any information.

- A controversy that has at least one merit, that of bringing up the essential question. Even if no one seems determined to find the answer. Who are the sponsors of the attack and who fired the two rockets that shot down the Rwandan President's plane? The words are launched: there is talk of "conspiracy" and even of "mercenaries".

- Paul Barril's thesis goes against the investigations published so far. It is obviously rejected by the RPF. Jacques Bihozagara, "RPF Representative in Brussels": "First of all, you have to know what credit you give to Captain Barril's statements. And you first have to know who he is, who mandated him. And on what basis he works".

- Last question: the silence observed by the French government in this affair. Heavy silence as three Frenchmen, the three crew members of the Rwandan President's plane, were also killed in the attack.

- In Rwanda, the emergency today is to evacuate as many civilians as possible. The French army is working on it. 35 nuns of various nationalities and eight orphans were thus able to leave the Kibuye convent where they had taken refuge.

- The soldier starts early, humanitarian mission or not. These helicopters, which fly over Lake Kivu, the natural border between Zaire and Rwanda, know that they are expected to carry out their first major evacuation mission in Rwanda. These 40 nuns from Kibuye have decided to leave. They are American, English, Belgian or Rwandan. They first fled the Kigali massacres to take refuge in this convent by the lake. But the visits of the local militias continued: ban on hosting Tutsi, intimidation, extortion, death threats. Today they are leaving.

- It must be said that the situation remains tense in Kibuye. Clashes again took place yesterday [June 27], about ten kilometers from the city. And about twenty children were found dead a few days ago in Gisovu. Among the evacuees, Benoît, a little Tutsi, the only one whom the Sisters had sheltered in secret. He leaves too. His friend Marie, a Hutu, who had taken him in, remained alone in Kibuye.

- François Léotard must leave Paris for Rwanda. The Minister of Defense will visit tomorrow [June 29] the 2,500 French soldiers taking part in Operation Turquoise. And he may meet a compatriot who lives in Rwanda, who has been threatened with death by the militias.

- Rwanda border post. The French incursion is not a simple patrol: these men of the 11th DP have the mission of rescuing a French national, threatened with death. In the suburbs of Gisenyi where we met him a few hours earlier, holed up for two months in his villa, guarded only by two Rwandan gendarmes. The four vehicles of the convoy take possession of the premises. And Captain Courtois heads for the only Frenchman left in town.

- For a week, Alain Lœuillet knew that the French soldiers were there, just on the other side of the border, only 500 meters from him. But he could not leave his villa to warn them of his presence, the militias are looking for him to kill him. Witness of the massacres, what he saw he cannot tell us about it in front of the camera still fearing for his life as long as the French have not organized his security. Alain insists on staying in Gisenyi to recover his stolen property. A city where 10,000 Tutsi were killed in one week and he is the only Westerner who can testify to it.

- Benoît Duquesne: "We knew from the ICRC that around 250 to 500,000 Hutu were wandering in the diocese of Gikongoro, fleeing the advance of the Rwandan Patriotic Front. The French soldiers had confirmation of this today. There is indeed a huge mass of population wandering in that region. This is of course the consequence of the advance of the war. But these people have absolutely no support at the moment: the camps are not organized, there is no humanitarian aid, there is no food, there is absolutely nothing. And, not tomorrow [June 29], because there is a visit from François Léotard, but probably the day after tomorrow [June 30], the French soldiers will go there".

- A photographer from the American agency Associated Press was injured today in Kigali: Ricardo Mazalan, of Argentine nationality, was in his hotel room when a bullet hit him in the right leg. Doctors are optimistic.

- The soldiers of Operation Turquoise, while taking care to respect their humanitarian mission, remain vigilant. The French positions heard, yesterday [June 27], the echo of very close clashes between the Patriotic Front and the government.

- Very, very vigilant marine commandos. They watch the hills a few kilometers away. RPF men are positioned there. We are talking about 1,000 to 2,000 rebels. We are in Gishyita, the nerve center of Operation Turquoise, because it is here that the Tutsi rebels would be the furthest advanced into Hutu territory. 40 marine commandos are on alert. In the distance shots ring out. The most violent clashes took place yesterday evening: 20 dead among the rebels, three on the other side. Marin Gillier, "Fregate Captain": "We heard a little noise. We saw smoke. It was infantry-type clashes, relatively important, especially on the scale of the country".

- Infiltrations, clashes, abuses every night, in this particularly sensitive sector, the manhunt continues. A little everywhere the traces of the massacres, like these mass graves near the destroyed houses. Marine commando soldier: "People who were massacred in the area must have been put in mass graves. I think they must have made a gallery, dumped the earth here and piled up the bodies".

- Far from the welcome speeches that greeted them on their arrival, the French soldiers are now faced with the realities of the war that is tearing Rwanda apart. With the advance of the rebels, they are not far from being on the front line.
Source
Public records
INA
Type
Journal télévisé
Language
FR
Citation
[Paul Amar :] Qui a tué ou fait tuer le Président du Rwanda ? Il n'y a pas de réponse pour l'instant à ce mystère mais un homme affirme la connaître. Le capitaine Paul Barril accuse le Front patriotique rwandais. Il l'a dit clairement dans notre journal de 13 heures. Et l'ancien commandant du GIGN a montré -- pour le démontrer -- la boîte noire de l'avion présidentiel abattu par deux missiles. L'accusation est si grave qu'elle méritait une enquête sur cette enquête. Carole Caumont, Patrice Pelé.

[Paul Barril : Euh…, le…, ce qui a été présenté est d'un…, un des éléments qu'on a récupéré sur place, qui appartiennent à la carcasse de l'avion. Et les numéros de série dessus montrent que ça appartient bien au Falcon 50 [on voit une main prendre une plaque jaune percée de quatre trous et au dos de laquelle semble être fixé un boîtier noir]. Je ne suis pas un spécialiste en aéronautique. […] Ça c'est un des éléments, euh, que nous avons [une incrustation "13 H aujourd'hui" s'affiche à l'écran].]

[Patrice Pelé :] Il est 13 heures [une incrustation "13 H aujourd'hui" s'affiche à l'écran]. En direct sur France 2, Paul Barril nous explique qu'il a récupéré la boîte noire du Falcon 50 du Président rwandais. Avec ça, affirme-t-il, on pourra prouver que l'avion a été victime d'un tir missile, une opération soigneusement préparée.

Au même instant à Toulouse, un pilote, Philippe Lendepergt, qui regarde France 2, fait un bond : pour lui, l'objet présenté par Barril n'a rien à voir avec un enregistreur de vol [on voit Phillipe Lendepergt marcher sur un aérodrome et s'approcher vers un avion de tourisme].

[Philippe Lendepergt, "Pilote" : "Une boîte noire telle que Monsieur Barril aurait dû la trouver, c'est ça. C'est orange pour commencer…, internationalement. Et ça enregistre tous les paramètres… de l'avion" [le pilote présente face caméra un parallélépipède de couleur orange traversé par deux bandes blanches en oblique et sur laquelle figure l'inscription sur une face "Enregistreur de vol / Ne pas ouvrir" et sur l'autre face "Flight recorder / Do not open].]

Et il a raison. Ce qu'a présenté Paul Barril, c'est un boîtier d'antenne radiocompas. Sur le Falcon 50, il y en a deux [diffusion d'une image d'archive d'un Falcon ; des flèches montrent les deux antennes situées au-dessous de l'appareil, l'une à l'avant, l'autre en arrière des ailes]. Le radiocompas Oméga sert à aller d'un point à un autre entre deux balises, l'avion garde son cap [une animation montrant un avion et deux balises vient illustrer les propos du journaliste]. C'est un appareil inerte, qui ne contient aucune information [on voit la plaque jaune montrée par Paul Barril dans le journal de 13 heures sur la même chaîne].

[Carole Caumont :] Une polémique qui présente au moins un mérite, celui de faire ressurgir la question essentielle [diffusion de l'épave du Falcon abattu ; une incrustation "6 avril 1994" s'affiche à l'écran]. Même si personne ne semble décidé à en trouver la réponse. Qui sont les commanditaires de l'attentat et qui a tiré les deux roquettes qui ont abattu l'avion du Président rwandais [diffusion du portrait de Juvénal Habyarimana] ? Les mots sont lancés : on parle de "complot" et même de "mercenaires". L'ancien membre de la cellule anti-terroriste de l'Élysée a, là encore, sa version des faits.

[Paul Barril, "13 H aujourd'hui" : - À qui profite le crime ?. Daniel Bilalian : - "Exactement". Paul Barril : - "Le crime, il profite aux…, aux terroristes du FPR qui représentent seulement 10 % de la population. Ces gens-là ne pourront jamais avoir le pouvoir au Rwanda, au moins par les urnes. Un homme, une voix, comme en Afrique du Sud".]

Une thèse qui va à l'encontre des enquêtes publiées jusque-là et que rejette évidemment le FPR [diffusion de la Une du journal Le Soir du 17 juin 1994, "L'avion rwandais abattu par deux Français ?"].

Jacques Bihozagara, "Représentant F.P.R. à Bruxelles" : "Il faut savoir d'abord quel crédit vous donnez aux é…, aux déclarations du capitaine, euh, Barril. Et il faut d'abord savoir qui il est, qui l'a mandaté. Et sur, euh, quelle base il travaille".]

Dernière interrogation : le silence observé par le gouvernement français dans cette affaire. Silence pesant alors que trois Français, les trois membres d'équipage de l'avion du Président rwandais, ont eux aussi été tués dans l'attentat [diffusion d'images de l'épave de l'avion abattu].

[Paul Amar :] Sur le terrain, c'est-à-dire au Rwanda, l'urgence aujourd'hui consiste à évacuer le maximum de civils. L'armée française s'y emploie. 35 religieuses de diverses nationalités et huit orphelines ont pu ainsi quitter le couvent de Kibuye où elles s'étaient réfugiées. Reportage de Benoît Duquesne et Éric Maizy.

[Benoît Duquesne :] Le militaire démarre tôt, mission humanitaire ou pas [on voit un hélicoptère Puma décoller]. Ces hélicoptères, qui survolent le lac Kivu, frontière naturelle du Zaïre et du Rwanda, savent qu'ils sont attendus pour effectuer leur première mission d'évacuation d'importance au Rwanda. Ces 40 religieuses de Kibuye ont décidé de partir. Elles sont américaines, anglaises, belges ou rwandaises [une incrustation "Kibuyé [Kibuye], Rwanda" s'affiche à l'écran]. Elles ont d'abord fui les massacres de Kigali pour se réfugier dans ce couvent au bord du lac. Mais les visites des milices locales ont continué : interdiction d'héberger des Tutsi, intimidations, rackets, menaces de mort. Aujourd'hui, elles partent [on voit des Sœurs dirent au revoir puis embarquer dans les véhicules des militaires français].

["Sœur Judith de Ste Marie de l'Assomption" : - "Je ne parle pas directement des Sœurs mais… [inaudible], euh…, à ce moment-ci, une Tutsi dans cette région, on est automatiquement… Le journaliste : - Il doit y avoir de…". Sœur Judith finit sa phrase : - "En danger, vraiment".]

Il faut dire que la situation reste tendue à Kibuye. Des accrochages ont encore eu lieu, hier [27 juin], à une dizaine de kilomètres de la ville. Et une vingtaine d'enfants ont été retrouvés morts il y a quelques jours à Kisovo [Gisovu] [on voit des Sœurs embarquer dans un hélicoptère Puma sous la protection de militaires lourdement armés]. Parmi les évacués, Benoît, un petit tutsi, le seul que les Sœurs avaient hébergé en cachette [on le voit assis sur les genoux d'une Sœur]. Il part lui aussi. Son amie Marie, une Hutu, qui l'avait pris en charge est restée seule à Kibuye [gros plan sur le visage de Marie, visiblement émue].

[Paul Amar] : François Léotard doit quitter Paris pour le Rwanda. Le ministre de la Défense va rendre visite demain [29 juin] aux 2 500 soldats français qui participent à l'opération Turquoise. Et il rencontrera peut-être un compatriote qui vit au Rwanda, qui a été menacé de mort par les milices, et que nos envoyés spéciaux Valérie Fourniou et Jean-François Hoffmann ont ren…, ont retrouvé. C'est une exclusivité.

[Valérie Fourniou :] Poste-frontière du Rwanda. L'incursion française n'est pas une simple patrouille : ces hommes de la 11ème DP ont pour mission de secourir un ressortissant français, menacé de mort [on voit des jeeps P4 passer une barrière puis rouler en colonne sur une route macadamisés puis sur une piste ; une des jeeps est immatriculée 686 Q [?] 498], d'après nos propres informations [on entend un militaire français dire : - "Mais… c'est la folie des barrages en ce moment". Un autre demande : - "C'est là ?"].

Nous les guidons jusqu'à lui. Dans les faubourg de Gisenyi où nous l'avons rencontré quelques heures plus tôt, terré depuis deux mois dans sa villa [un militaire français entre par le petit portail de la villa et dit au boy : "Tu ouvres la porte !"], gardée uniquement par deux gendarmes rwandais.

[Un militaire français au béret rouge [il s'agit du capitaine Courtois] : - "Le gendarme il est parti, euh, discrètement, hein, voilà. Valérie Fourniou : - "Parce qu'il vous a vu arriver, quoi". Le capitaine : - "Voilà, exactement, ouais".]

Les quatre véhicules du convoi prennent possession des lieux. Et le capitaine Courtois se dirige vers le seul Français resté dans la ville.

[Capitaine Courtois : - "Bonjour Monsieur". Alain Lœuillet : - "Bonjour". Capitaine Courtois : - "Donc on…, on vient, euh, vous voir. Je crois que vous êtes le…, un des derniers Français, euh…". Alain Lœuillet : - "Le seul [sourire]". Capitaine Courtois : - "Le seul Français sur Gisenyi". Alain Lœuillet : - "Oui". Capitaine Courtois : - "Donc, euh…, je crois que…, ben on voulait vous assurer de notre présence ici". [Plan de coupe] Alain Lœuillet : - "Les gens ici disent que, euh…, les Français sont venus pour sauver les Tutsi. Et puis, euh [sourire], le Français qui est à Gisenyi on ne s'intéresse pas à lui [ricanement]. Capitaine Courtois : - "Non, c'est pour ça qu'on est là, d'ailleurs, hein". Alain Lœuillet : - "Voilà… [ricanement], voilà ce qu'on dit ici". Capitaine Courtois : - "Je vous rassure". Alain Lœuillet : - "Ben, je vous remercie". Capitaine Courtois : - "Je vous rassure".]

Depuis une semaine, Alain savait que les militaires français étaient là, juste de l'autre côté de la frontière, à seulement 500 mètres de lui. Mais il ne pouvait pas sortir de sa villa pour les prévenir de sa présence, les milices le recherchent pour le tuer [on le voit assis dans son jardin en train de discuter avec des militaire français].

[Alain Lœuillet : - "J'ai des biens et moi je veux… récupérer mes biens, les biens qu'on m'a pris. On nous a tout saisi, propriété et tout". Valérie Fourniou : - "Et pourquoi vous êtes ici, là, euh, enfermé depuis…, depuis un mois ?". Alain Lœuillet : - "Mais parce que… avec les barrages des miliciens, euh…, y a des barrages on nous laisse passer. Y en a d'autres qui sont agressifs, ils veulent pas de Français. Alors on vous fait sortir de la voiture et puis on vous…, risque de vous…, de vous tirer dessus. C'est pour ça". Valérie Fourniou : - "Parce ce que vous auriez vu trop de choses aussi ?". Alain Lœuillet : - "Ben oui…". [Coupe] Alain Lœuillet : - "Enfin, j'oublierai jamais ce que j'ai vu de toute façon". Un homme lui pose une question : -"Comment est-ce que vous vous sentez en ce moment ? Ça doit être stressant". Alain Lœuillet : - "Bah, je vais craquer… d'un jour à l'autre, c'est sûr [sourire]. Ça, euh…".]

Témoin des massacres, ce qu'il a vu il ne peut pas nous en parler face caméra craignant encore pour sa vie tant que les Français n'auront pas organisé sa sécurité [gros plan sur des jeunes adultes en train de discuter et sur un gendarme au béret rouge, chargé d'assurer la protection d'Alain Lœuillet].

[Le Capitaine Courtois s'adressant au gendarme rwandais : - "Ta mission à toi, ici, c'est d'assurer la garde, euh…, de…, de ce Français. Ta mission, elle est claire ?". Le gendarme : - "Ma mission, c'est…, la prote…, euh, la protection de Monsieur Alain". Capitaine Courtois : - "Ouais. Il s'agit bien de la protection ? C'est à dire que, ici, nous on vient voir, euh…, le Français, qui pour nous, euh…, réside sur le territoire rwandais et veut y rester, veut y demeurer".]

Alain tient à rester à Gisenyi pour récupérer ses biens volés. Une ville où 10 000 Tutsi ont été tués en une semaine et il est le seul Occidental à pouvoir en témoigner [on voit Alain Lœuillet saluer les militaires français qui repartent de chez lui devant une foule d'enfants].

[Paul Amar interviewe Benoît Duquesne, en duplex de Bukavu.]

Paul Amar : Benoît Duquesne, vous êtes, euh, en direct du Rwanda de Bukavu. On va revenir avec vous sur le sort des populations civiles. Il faut savoir que des milliers et des milliers de Hutu errent de villages en villages.

Benoît Duquesne : Oui tout à fait. Vous savez, c'est le principal problème, en tout cas le problème humanitaire, qui risque de se poser ici. Euh, on savait par le CICR, par la Croix-Rouge, qu'il y avait, dans le diocèse de Gikongoro -- c'est environ dans le centre de…, de ce qui reste de cette partie du Rwanda tenue par les forces gouvernementales --, que dans ce diocèse, d'après la Croix-Rouge, erraient environ 250 à 500 000, euh, Hutu qui, euh, fuyaient l'avance du Front patriotique rwandais. Eh bien, les militaires français en ont eu la confirmation aujourd'hui. Il y a effectivement une masse de population énorme qui erre dans cette région-là. C'est la conséquence bien sûr de l'avancée de la guerre. Mais ces gens-là n'ont, euh, absolument aucun soutien pour l'instant : les camps ne sont pas organisés, il n'y a pas d'aide humanitaire, il n'y a pas de nourriture, il n'y a absolument rien. Et, euh, pas demain [29 juin] -- parce que il y a la visite de François Léotard -- mais sans doute après-demain [30 juin], les militaires français se rendront sur place. Et il y a déjà une association humanitaire, CARE, qui a décidé de se rendre avec eux, éventuellement sur place, ou en tout cas d'organiser très rapidement des convois pour venir au secours de ces populations-là.

Paul Amar : Merci Benoît.

Un photographe de l'agence américaine Associated Press a été blessé aujourd'hui à Kigali : Ricardo Mazalan, de nationalité argentine, se trouvait dans sa chambre d'hôtel quand une balle l'a atteint à la jambe droite. Les médecins sont optimistes. Cela montre bien les risques du devoir d'informer et du devoir de secourir.

Les soldats de l'opération Turquoise, tout en veillant à respecter à leur mission humanitaire, restent vigilants. Isabelle Staes et Pascal Pons se sont rendus auprès de positions françaises qui ont entendu, hier [27 juin], l'écho d'affrontements très proches entre le Front patriotique et les gouvernementaux.

[Isabelle Staes] : Des commandos marine très, très vigilants. Ils surveillent les collines à quelques kilomètres [on voit un soldat français en train de scruter l'horizon avec des jumelles]. Des hommes du FPR y sont positionnés. On parle de 1 000 à 2 000 rebelles [on distingue deux panaches de fumée près de la crête de la montagne boisée en face].

Nous sommes à Gishyita, point névralgique de l'opération Turquoise, car c'est ici que les rebelles tutsi seraient le plus avancé en territoire hutu [des militaires français bien armés patrouillent près d'une maison détruite ; des véhicules P4 portent des armes en batterie, un autre est hérissé d'antennes]. 40 commandos marine sont en alerte. Au loin des tirs résonnent [on voit deux véhicules français rouler à vivre allure sur la route non goudronnée ; ils semblent venir de la direction de Cyangugu].

[Pascal Pons : - "Qu'est-ce qu'on vient d'entendre, là, vous dites ?". Un soldat du commando marine, en maillot de corps kaki avec un petit chapeau de brousse : - "Des bruits de…, d'une arme automatique, lourde". Pascal Pons : - "D'après vous, c'est…, c'est loin d'ici ?". Le soldat : "Là, c'est à… trois kilomètres d'ici… À vol d'oiseau, trois kilomètres".]

Les accrochages les plus violents ont eu lieu hier soir : 20 morts chez les rebelles, trois de l'autre côté.

[Marin Gillier, "Capitaine de Frégate" : - "On a entendu, euh…, un petit peu de bruit. On a vu de la fumée". Isabelle Staes : - "Et c'était quel genre de…, d'affrontements d'après vous ?". Marin Gillier : - "Euh, des affrontements, euh…, type infanterie". Isabelle Staes : - "Mais, euh, importants ou… ?". Marin Gillier : - "Oh, je pense relativement importants, surtout à l'échelle du pays".]

Infiltrations, accrochages, exactions chaque nuit, dans ce secteur particulièrement sensible, la chasse à l'homme continue. Un peu partout les traces des massacres, comme ces charniers à proximité des maisons détruites [des militaires français regardent au fond de trous où il y aurait des restes humains que l'on ne distingue pas].

[On voit des commandos de marine en train de patrouiller le long de maisons détruites parmi les bananiers ; un soldat du commando marine : - "Y a tou…, toujours à proximité des maisons, euh…, démolies comme ça, on en trouve… quelques-uns… Bon c'est l'odeur qui nous guide, évidemment, quoi". Un autre soldat du commando : - "Mais c'est pas récent, c'est pas du récent, ça. ça, c'est, euh…". Le premier soldat reprend : - "Non ça doit…, ça date de…, pffu…, un mois et demi à peu près. [La scène suivante laisse deviner que les soldats entrent dans une nouvelle maison saccagée] Les gens qui ont été massacrés dans le coin ont dû être, euh…, mis dans…, dans des fosses communes ou… Je pense qu'ils ont dû faire une galerie comme ça et rejeter la terre ici ou… Et empiler les…, les…, des…, des corps.]

Loin des discours de bienvenue qui les ont accueillis à leur arrivée, les militaires français se retrouvent maintenant face aux réalités de la guerre qui déchire le Rwanda. Avec l'avancée des rebelles, ils ne sont pas loin d'être en première ligne [on voit deux militaires marcher, de dos ; l'un dit à son camarade : "Ah, j'ai cru que c'était une personne"].

Top

fgtquery v.1.5, June 14, 2022