Author-card of document number 29874

Num
29874
Date
Mardi 12 avril 1994
Ymd
Hms
20:00:00
Author
Author
Author
Author
Author
Author
File
Size
24202234
Uptitle
Journal de 20 heures [7:05]
Title
Vénuste Kayimahe : « On est dans une situation presque d'assiégés parce qu'il y a dehors les miliciens, les militaires, tous ceux qui peuvent nous tuer. On est résignés, on attend la mort tout simplement »
Subtitle
De partout parviennent des témoignages sur les atrocités commises par des bandes armées de gourdins, de machettes, de sagaies ou de haches.
Quoted person
Quoted person
Quoted person
Quoted person
Quoted place
Quoted place
Keyword
Keyword
Keyword
Keyword
Keyword
Abstract
- Rwanda delivered to the worst disorder after the flight of the government from the capital. Almost all foreigners have been able to leave this country where the fighting seems to be intensifying.

- In Rwanda, clashes have resumed between government forces and rebels of the Patriotic Front who are at the gates of the capital Kigali, hastily abandoned by the Rwandan government. Almost all foreigners have left this country and most embassies have closed, starting with the French Embassy.

- On the airport tarmac, the ambassador gives his last instructions. In his bag, the French flag which still flew this morning on the embassy of Kigali. Under strong military escort, all embassy staff leave. At the foot of the Transall, only the consul's dog seems indifferent to the drama that could be played out here. At 7:45 a.m., last salute. There are no more French people in Rwanda.

- Meanwhile, the military continues to evacuate foreigners. Here, three Canadian Sisters isolated in the countryside. They take with them four little orphans under the empty gaze of the adults. One last donation of all the money they have left and it's time to say goodbye, time to say goodbye.

- At the airport, a final escort accompanies the last returnees. At noon, all the French soldiers are gathered in the air terminal and at 3 a.m., 150 of them are already leaving Kigali. The others will leave depending on the evolution of the situation. The war is coming. Colonel Henri Poncet, "Operation Commander in Rwanda": "You can see around the hills of Kigali that certain elements of the RPF are taking position. Are they light detachments or larger forces? I am unable at the present time to specify it".

- This afternoon the noose of the RPF tightened. Most of the hills around the city are in their hands and the cannon thunders regularly. Even the airport is surrounded. One sign does not lie: the government has taken the road of exile to the South.

- Tonight in Kigali, there are no foreigners left. Most embassies are closing. The UN peacekeeping mission manages hypothetical ceasefires. No one seems able to avoid further carnage, because carnage there will be: the tens of thousands of Tutsi massacred in recent days will not go unpunished. Rwanda seems destined for an increasingly common future in Africa: chaos.

- In this capital Kigali, more than ever left to fend for itself and therefore to the worst abuses, many inhabitants have not had the chance to flee and they live in anguish.

- Kigali and the whole country in the grip of anarchy. From everywhere came testimonies of the atrocities committed by gangs armed with clubs, machetes, spears or axes. In the capital, the Tutsi are hunted. Testimony of one of them, employed at the French Cultural Center where he has been holed up for several days. Vénuste Kayimahe: "We are in an almost besieged situation because there are militiamen, soldiers, all those who can kill us outside. They have just massacred everyone in the city of Kigali. We are resigned. We is terminated. We are waiting for a miracle or simply death".

- His salvation, this man will perhaps owe it to the 20,000 rebels of the RPF dominated by the Tutsi minority. According to the UN they are patrolling this evening in Kigali, deserted by the provisional government.

Philippe Boisserie: "The Rwandan Armed Forces themselves announced that the connection had been made between the soldiers of the Rwandan Patriotic Front, who were still detained in the center of the city and those who were this morning on all the surrounding hills. However, the battalions of the Rwandan Armed Forces are still on the spot and they are defending themselves valiantly. The end of the afternoon was marked by very intense fighting here. […] For the moment nothing has been decided for the 350 men Still here. But tonight the UN has prepositioned a unit in the parking lot of the airport, which would tend to prove that it would in fact replace the foreign soldiers who currently occupy this airport. So it would be the UN who would take over from the military. In any case, the Rwandan Patriotic Front has been very clear: according to the UN, it has set a deadline of 60 hours from this morning. So Thursday [April 14] at the end of afternoon, he clearly says that we don't need a seu the foreign soldier on Rwandan soil".

- A total of 1,600 people, including nearly 600 French, have been evacuated since Saturday [April 9] by French soldiers. Among the refugees who arrived in France in recent hours, 94 Rwandan orphans, some of whom were in the process of being adopted by French families.

- At 3 o'clock last night, the long journey of these children comes to an end. They had to leave Rwanda in a hurry after nine orphanage staff were killed. The 94 children, accompanied by about thirty adults including five nuns, found refuge in the transit center of Créteil. Their arrival was not really planned. We had to organize in haste. Information meetings are improvised on the stairs and Red Cross volunteers pretend to be grandmothers.

- A transit center transformed into a hive: medical examination for those who suffer from malaria and diarrhoea, bracelet for everyone with their identity. Life is getting organized little by little: distribution of baby food, nappies and fixed meal times for the older ones.

- As soon as the children have time to acclimatise, the problem of their future already arises. Everything is decided at the end of this corridor, between the director of the orphanage and the Ministry of Foreign Affairs. Seven of these children had already been adopted by French families in Rwanda, around fifteen others are still in their first contact.

- Only children whose files were already in progress in Rwanda will be adopted. For the others, they will have to wait for a decision from the next government. But most of these children will return to their country as soon as the situation allows.
Source
Public records
INA
Type
Journal télévisé
Language
FR
Citation
[Bruno Masure :] Le Rwanda livré au pire désordre après la fuite du gouvernement de la capitale. La quasi-totalité des étrangers a pu, euh, quitter ce pays où les combats semblent s'intensifier. Le reportage de notre envoyé spécial Philippe Boisserie.

[…]

Madame, Monsieur bonsoir. Au Rwanda les affrontements ont repris entre les forces gouvernementales et les rebelles du Front patriotique qui sont aux portes de la capitale Kigali, abandonnée précipitamment par le gouvernement rwandais. La quasi-totalité des étrangers a quitté ce pays et la plupart des ambassades ont fermé leurs portes, à commencer par l'ambassade de France. Reportage de nos envoyés spéciaux Philippe Boisserie, Marcel Martin.

[Philippe Boisserie :] Sur le tarmac de l'aéroport, l'ambassadeur donne ses dernières consignes [on voit Jean-Michel Marlaud se faire escorter vers son avion par le colonel Henri Poncet]. Dans son sac, le drapeau français qui flottait encore ce matin sur l'ambassade de Kigali. Sous bonne escorte militaire, tout le personnel de l'ambassade s'en va. Au pied du Transall, seul le chien du consul semble indifférent au drame qui risque de se jouer ici [on voit un homme tenir son chien en laisse]. À 7 h 45, dernier salut. Il n'y a plus de Français au Rwanda [le colonel Poncet salue l'ambassadeur Marlaud qui grimpe dans un avion militaire].

Pendant ce temps, les militaires poursuivent les évacuations d'étrangers [on voit une Sœur frapper à la porte d'un portail et on l'entend crier "Jérôme !"]. Ici, trois Sœurs canadiennes isolées en pleine campagne. Elles emmènent avec elles quatre petits orphelins sous le regard vide des adultes. Un dernier don de tout l'argent qui leur reste et c'est le temps des aurevoirs…, le temps des adieux [on voit les Sœurs blanches dire au revoir à un groupe de cinq adultes noirs avant de se faire évacuer par les militaires].

À l'aéroport, une ultime escorte accompagne les derniers rapatriés. À midi, tous les soldats français sont regroupés dans l'aérogare et à 3 heures, 150 d'entre eux quittent déjà Kigali [on voit des soldats au béret rouge aider des Rwandais à descendre d'un camion]. Les autres partiront en fonction de l'évolution de la situation. La guerre approche [on voit les militaires français installés dans l'aéroport de Kanombe ; des cartes sont accrochées au mur].

[Colonel Henri Poncet, "Cdt de l'opération au Rwanda" [il se situe juste devant le bâtiment de l'aérogare sur lequel se trouvent installées deux antennes d'écoute] : "Vous pouvez observer autour des collines de Kigali que certains éléments du FPR sont en train de prendre position. Euh, s'agi…, s'agit-il de décha…, de détachements légers ou de forces plus importantes ? Je suis incapable à l'heure actuelle de le préciser".]

Cet après-midi l'étau du FPR s'est resserré. La plupart des collines autour de la ville sont entre leurs mains [on voit des panaches de fumée s'échapper des collines] et régulièrement le canon tonne. Même l'aéroport est encerclé. Un signe ne trompe pas : le gouvernement rwandais a pris la route de l'exil vers le Sud [diffusion d'images de la ville de Kigali filmées depuis l'aéroport de Kanombe].

[Philippe Boisserie, dans Kigali, face caméra : "Ce soir à Kigali, il ne reste plus aucun étranger. La plupart des ambassades se ferment. La mission de l'ONU pour la paix gère d'hypothétiques cessez-le-feu. Plus personne ne semble en mesure d'éviter un nouveau carnage, car carnage il y aura : les dizaines de milliers de Tutsi massacrés ces derniers jours ne resteront pas impunis. Le Rwanda semble promis à un avenir de plus en plus commun en Afrique : le chaos".]

[Bruno Masure :] Dans cette capitale Kigali, plus que jamais livrée à elle-même et donc aux pires exactions, de nombreux habitants n'ont pas eu la chance de pouvoir fuir et ils vivent dans l'angoisse, que l'on devine. Patrice Romedenne a réussi à recueillir le témoignage de certains d'entre eux.

[Patrice Romedenne :] Kigali et l'ensemble du pays en proie à l'anarchie [une incrustation "Kigali, hier [11 avril]" s'affiche à l'écran]. De partout parviennent des témoignages sur les atrocités commises par des bandes armées de gourdins, de machettes, de sagaies ou de haches. Dans la capitale on chasse le Tutsi. Témoignage de l'un d'entre eux, employé au Centre culturel français où il se terre depuis plusieurs jours [diffusion de scènes de massacre, dont la célèbre scène filmée par Nick Hughes depuis l'école française Saint-Exupéry].

["Par téléphone, aujourd'hui midi, Venuste [Vénuste] Kayimahe" : "Et la situation c'est que on est dans…, c'est une situation presque d'assiégés. Parce que y a dehors, euh, les miliciens, les militaires, tous ceux qui peuvent nous tuer. Ils viennent de massacrer tout…, tout ce monde dans ville de Kigali. On est condamné, quoi. On est résignés. On…, on attend. Bon, on attend un miracle ou alors, euh, la mort tout simplement" [pendant toute son interview, l'image d'un convoi de véhicules est diffusée].]

Son salut, cet homme le devra peut-être aux 20 000 rebelles du FPR dominé par la minorité tutsi. Selon l'ONU ils patrouillent ce soir dans Kigali, désertée par le gouvernement provisoire [diffusion d'images d'archives montrant des soldats du FPR].

[Bruno Masure interviewe à présent Philippe Boisserie en duplex de Kigali.]

Bruno Masure : Nous allons tout de suite retrouver au téléphone, en direct de Kigali, notre envoyé spécial Philippe Boisserie. Philippe, tout d'abord, est-ce que vous pouvez nous confirmer ces informations venant de l'ONU selon lesquelles les troupes du Front patriotique sont bien entrées dans la capitale ?

Philippe Boisserie : Tout à fait Bruno. Et d'ailleurs, euh, les Forces armées rwandaises elles-mêmes ont annoncé que la jonction avait été faite entre les soldats du Front patriotique rwandais, qui étaient encore, euh, retenus au centre de la ville et ceux qui étaient ce matin sur toutes les collines, euh, environnant la ville. Cependant, les bataillons de la Force armée rwandaise sont toujours sur place et ils se défendent vaillamment. La fin d'après-midi a été marquée par des combats très intenses ici.

Bruno Masure : Philippe, y a un certain nombre de soldats français qui sont encore sur place au Rwanda. Quelle va être très précisément leur mission ?

Philippe Boisserie : Eh bien, écoutez, pour l'instant rien n'est décidé pour les 350 hommes encore ici. Mais ce soir l'ONU a prépositionné une unité sur le parking de l'aéroport, ce qui tendrait à prouver qu'elle remplacerait en fait les militaires étrangers qui occupent pour l'instant cet aéroport. Donc ce serait l'ONU qui prendrait le relais des militaires. Mais rien n'est encore, euh, décidé. En tout cas, le Front patriotique rwandais a été très clair : il a un fixé un délai -- d'après l'ONU --…, un délai de 60 heures à partir de ce matin. Donc jeudi [14 avril] en fin d'après-midi, il dit clairement qu'il ne faut plus un seul militaire étranger sur le sol rwandais.

Bruno Masure : Merci Philippe Boisserie. Euh…, Philippe Boisserie qui est notre envoyé spécial, là-bas, qui travaille -- vous vous en doutez bien -- dans des conditions, avec son équipe, dans des conditions extrêmement périlleuses.

Au total 1 600 personnes, euh, dont près de 600 Français, ont été évacuées depuis samedi [9 avril] par les militaires français. Parmi les réfugiés arrivés en France ces dernières heures, 94 orphelins rwandais dont certains étaient en cours d'adoption par des familles françaises. Reportage Caroline Laudrin, Pascal Pons.

[Caroline Laudrin :] À 3 heures la nuit dernière, le long périple de ces enfants prend fin [on voit des enfants sortir de cars]. Ils ont dû quitter précipitamment le Rwanda après que neuf membres du personnel de l'orphelinat aient été tués. Les 94 enfants, accompagnés d'une trentaine d'adultes dont cinq religieuses [on aperçoit la Sœur Edith Budynek], ont trouvé refuge au centre de transit de Créteil. Leur arrivée n'était pas franchement prévue. Il a fallu s'organiser à la hâte. Les réunions d'information s'improvisent dans les escaliers et les bénévoles de la Croix-Rouge jouent les grand-mères [une bénévole tend un vêtement à un enfant en lui disant : - "Non, t'en veux pas ?". Une autre répond : - "Oui c'est une fille d'ailleurs". Réponse : - "Ah, c'est une fille ?"].

Un centre de transit transformé en ruche : visite médicale pour ceux qui souffrent de paludisme et de diarrhées, bracelet pour chacun avec son identité. Petit à petit la vie s'organise : distribution des petits pots, des couches et heures fixes de repas pour les plus grands.

[Julienne Akingeneye, "accompagnatrice" : "Les grands savent bien. Les grands comme 16 ans, bien [sic]. Sauf les petits. Même les petits si on les explique [sic], on ne savait pas…, on ne savait pas ce qui se passait, pourquoi ils sont venus ici en France".]

À peine les enfants ont-ils le temps de s'acclimater que déjà se pose le problème de leur avenir. Tout se décide au bout de ce couloir, entre la directrice de l'orphelinat et le ministère des Affaires étrangères. Sept de ces enfants avaient déjà été adoptés par des familles françaises au Rwanda, une quinzaine d'autres n'en sont encore qu'au premier contact [gros plans sur les enfants en train de jouer].

[Marie-Hélène Theurkauff, "Association Sourire au Rwanda" : "Euh, on trouve que ces enfants sont… déjà vécu [sic] quelque chose de très difficile. On voudrait qu'ils puissent très rapidement rejoindre les familles qu'ils ont…, qu'ils ont en France".]

Seuls seront adoptés les enfants dont les dossiers étaient déjà en cours au Rwanda. Pour les autres, il leur faudra attendre une décision du prochain gouvernement. Mais la plupart de ces enfants regagneront leur pays dès que la situation le permettra [on voit une femme blanche munie d'une liste s'entretenir avec une femme noire de l'orphelinat].
Top

fgtquery v.1.5, June 14, 2022